Les Bzz ! Bzz ! Bzz Creusois

27 octobre 2014

Les bzz bzz bzz creusois

Philogène Gagne-Petit n’a encore jamais évoqué ces bancs de rémouleurs étonnants et pourtant plusieurs documents, quelques cartes postales entre autres, nous les présentent le plus souvent sur des foires.
La grande roue, ou roue d’énergie, est séparée de la meule par une assez grande distance. En fait le banc est composé de deux parties distinctes : l’ensemble meule(s) sur lequel travaille le rémouleur et, éloignée, la roue d’énergie. Cela signifie qu’il faut obligatoirement deux personnes pour faire fonctionner le tout.
Si l’on observe ces documents, on peut supposer que le rémouleur employait parfois un gars du coin pour tourner la manivelle qui actionnait la roue d’énergie. Vu le diamètre de celle-ci, l’axe de la meule devait tourner à grande vitesse. La transmission était assurée par une courroie à section circulaire genre cordelette.
Le plus souvent, le rémouleur tournait le dos au tourneur. Or, sur la carte ci-dessus, cas assez rare, il lui fait face…
D’après les cartes postales, il semble que ces bancs particuliers se rencontraient plutôt dans l’ouest de la France : Bretagne, Normandie. Cependant, les repasseurs de l’ouest se déplaçaient sans doute vers l’Est, c’est le cas ci-dessus.
Ils allaient même quelquefois à l’extrême Est du pays puisque Philogène possède une carte postale de Belfort sur laquelle on voit un banc identique.
Remarquer que la légende de la carte ci-dessous (Bretagne) indique coutelier ambulant. Le verso est imprimé en breton. Elle a été expédiée dans les années 20.

Foire bretonne

Le repasseur de Villeneuve-lez-Avignon

18 octobre 2014

La commune de Villeneuve-lez-Avignon se situe en face de la ville d’Avignon, sur l’autre rive du Rhône. Il suffit donc de passer le pont pour découvrir des monuments chargés d’histoire, notamment la célèbre Chartreuse, aujourd’hui lieu de création autour des Écritures du Spectacle.
C’est devant les arcades d’un bâtiment ancien que se trouve ce repasseur de la première moitié du XXe siècle, immortalisé par une photo sur carte postale.

Villeneuve les Avignon Remouleur

La roue d’énergie, ou grande roue, est impressionnante par son diamètre. Cela signifie qu’en tournant assez vite, elle donne à la meule (d’assez bon diamètre) une grande vitesse : important pour obtenir un travail de qualité. Les roues de déplacement sont, elles aussi, conséquentes. Là, le rémouleur les a laissées aller dans le caniveau pour caler le banc qui doit être lourd. C’est un banc caractéristique du sud de la France.
On perçoit la rotation de la roue d’énergie dont les rayons sont flous à cause de la vitesse. Le rémouleur semble un peu écrasé par les bâtiments qui l’entourent dont, en face, un établissement religieux semble-t-il.
Cela ne l’empêche pas d’avoir une belle attitude et on aurait presque envie de s’approcher de lui pour voir son travail…

Le rémouleur de William Henry Vernon

13 octobre 2014

On a peu d’éléments concernant le peintre anglais William Henry Vernon (1820-1909) malgré la profusion d’informations disponible sur Internet.
Quelques reproductions de ses œuvres nous montrent essentiellement des paysages bucoliques et quelques figures de son temps.
Soyons-lui reconaîssant d’avoir peint à un moment de sa carrière un rémouleur, anglais bien entendu.

William Henry Vernon The scis grinder 1856

Cette œuvre de dimensions 55cm x 65cm a été peinte en 1856, le peintre avait alors 36 ans. Malgré un côté très théâtral, la représentation du banc de rémoulage en bois semble fidèle. On suppose que le déplacement se faisait après basculement de l’ensemble. La présence de la cloche nous enseigne que ce rémouleur était itinérant. Enfin, côté social, comme souvent, un enfant est là ainsi qu’un chien. On peut se demander, vu le costume, si cet enfant est un curieux du quartier ou bien si c’est l’aide, voire le fils du rémouleur qui est lui-même assez bien vêtu ! Mystère.
Le site d’un marchand d’art évalue ce tableau entre 15.000 et 20.000 USD soit entre 12.000 et 16.000 € environ. Au fil des siècles, les rémouleurs ont pris du galon…
Il s’agit tout-de-même d’une belle œuvre picturale qui les honore. Merci à William Henry Vernon.

Titi rémouleur : un pro en Île de France

3 octobre 2014

Titi remouleur un espace de travail amc3a9nagc3a9 en fonction de vos besoins affc3bbtage aile pro fil qui a du tranchant guisage de tous vos objets tranchants copie

Pour Philogène Gagne-Petit, c’est toujours une bonne nouvelle d’apprendre l’existence d’un rémouleur professionnel en France comme à l’étranger.
Titi rémouleur, installé en Île de France, fait référence à la tradition : nom et logo (image ci-dessous) mais cela cache une réalité. En effet, il suffit d’aller sur son site pour découvrir la richesse de ses équipements :  d’une part un fourgon agrémenté de ses coordonnées avec, bien sûr, son superbe logo en grand format, d’autre part les machines modernes installées dans son atelier. Celles-ci permettent, à coup sûr, un travail de précision dont ont besoin, entre autres, les professionnels.
Et cela fait doucement rire Philogène lorsqu’il lit, le plus souvent dans la presse régionale, en titre d’article : un des derniers rémouleurs de France, ou bien : métier en voie de disparition, ou encore : métier qui se fait rare, etc. Non, le métier de rémouleur n’est pas près de disparaître. Au contraire, il est toujours là et même de plus en plus nécessaire (écologie), de plus en plus vivace. À l’heure de la mondialisation, en France et en Europe, des hommes et des femmes maintenant bien formés, réhabilitent ce noble métier en s’adaptant aux critères de la vie moderne.
Titi rémouleur et les autres en sont un vivant exemple.

Titi remouleur Logo

- Superbe logo dont le style renvoie à la tradition et slogan accrocheur !
- Pour visiter le site de Titi rémouleur, cliquer ICI  (Lien direct).

Le rémouleur amoureux – 2

29 septembre 2014

Philogène Gagne-Petit a attendu en vain des propositions de suite pour l’article paru le 5 septembre Le rémouleur amoureux – 1.
Aucun envoi jusqu’à ce jour, d’où la publication du deuxième dessin de Benjamin Rabier. Bien vu l’artiste !
Moralité : quand on est amoureux(se), on ne voit pas le temps passer…

Remouleur-Amour-2

De biens beaux bancs !

12 septembre 2014

Aujourd’hui, Philogène Gagne-Petit cède sa plume à Bernard LEPOUTRE, Directeur de l’Organisme de formation FCTV Affûtage.

20140829 151924 640x467

Bonjour Philogène

J’ai rencontré à la fête du couteau de Nontron un homme de Fouguerolle (33), m’affirmant avoir deux bancs d’affûtage chez lui. J’ai pris ses coordonnées, désirant aller les voir. Dernièrement j’ai fait les 480 km aller et retour ! Je n’ai pas été déçu du voyage.
Le banc en meilleur état, le plus travaillé, est celui de son oncle, Raphaël Calmette, aujourd’hui décédé, qui tenait une coutellerie à Montpon-Ménestérol en Dordogne.
Cette coutellerie s’est transmise de père en fils depuis 1883. On y réparait tous les outils tranchants : couteaux, ciseaux, rasoirs, tondeuses, greffoirs, sécateurs, tondeuses à gazon, emporte-pièces, scies, etc…
Les meules étaient en bois, garnies de cuir, sur lequel ils enduisaient une pâte d’affûtage. Les bancs, malgré leur poids, se déplaçaient relativement facilement.
J’ai vécu un excellent moment avec cet homme, par ailleurs excellent musicien Manouche, qui sait raconter et mettre en valeur les métiers anciens. Il fut très content de savoir que nous réalisons des formations pour ce métier qu’il aime : le rémouleur.
Très respectueusement,
Bernard Lepoutre

20140829_150102-(640x360)

- Photos © Bernard LEPOUTRE 2014.
- Visiter le site de FCTV Affûteurs (Lien direct).

Le rémouleur amoureux – 1

5 septembre 2014

Philogène Gagne-Petit aime assez bien l’humour. Il vous propose cette semaine un premier dessin, humoristique donc, dont il vous laisse examiner le contenu.
Dans deux semaines, il publiera un deuxième dessin avec les mêmes personnages mais avec des modifications…
La question est : qu’est-ce que le deuxième dessin aura de différent du premier ? Ou bien, comment cette scène d’amour naissant va-t-elle évoluer matériellement ?
La réponse détaillée est à envoyer par mail à l’adresse figurant tout en bas de la colonne de droite.
Une belle gravure de rémouleur, sur beau papier au format A4, sera envoyée gracieusement aux trois premières bonnes réponses ! (En France seulement).
Chers lectrices et lecteurs, remuez vos méninges…

Remouleur Amour 1

Les dessins, celui-ci et le prochain, sont de Benjamin Rabier (1864-1939), célèbre illustrateur et auteur de bande dessinée français. On lui doit entre autres le dessin de La vache qui rit. Consulter Wikipedia.

L’enfant « arrotino » de Naples (2)

30 août 2014

Philogène Gagne-Petit avait publié il y a quelques années cette carte postale en noir et blanc. La revoici aujourd’hui mais cette fois en couleurs. Le texte est presque le même que celui publié le 6 avril 2010. La carte postale ci-dessous a été expédiée en 1918.
C’était au début du XXe siècle. Le travail des enfants était peu ou pas encore réglementé. Déjà, bien avant la révolution industrielle, les familles modestes des zones rurales (campagne, montagne) devaient, pour survivre, mettre au travail leurs jeunes enfants. Il en fut ainsi des petits ramoneurs, enfants loués ou vendus par milliers à de redoutables patrons, véritables exploiteurs pour la plupart. Si l’image des petits ramoneurs est répandue, celle des petits rémouleurs l’est moins. En voici néanmoins un témoignage : un jeune garçon de la région de Naples.

Arrotino-Napoli-en-couleurs

Dans son livre AU PAYS DES ÉMOULEURS, Henri Amblès note qu’en Lorraine les enfants partaient en campagne vers l’âge de 11-12 ans, accompagnant qui un père, qui un oncle, qui un patron… On les appelait alors des mousses. Peut-on imaginer aujourd’hui les conditions dans lesquelles ces enfants vivaient sur le trimard, faisant des centaines de kilomètres à pied, dormant souvent à la belle étoile, pendant des mois loin de leur famille ?
Cette photo italienne est un témoignage poignant, quasiment unique. Elle fut utilisée en 1994 (en noir et blanc) comme image choc de l’affiche de l’exposition La petite histoire du rémouleur présentée par le Musée de la Coutellerie de Thiers.
Pour visiter le site du Musée de la Coutellerie de Thiers : sur la colonne de droite, aller à la rubrique Philogène aime ces sites.
Note :
en 2002,
 un rapport de l’OIT (Organisation Internationale du Travail) donne une estimation pour l’année 2000 de 211 millions d’enfants travailleurs dans le Monde, ayant entre 5 et 14 ans (Source : Wikipedia).

Royaume Uni – Knife grinder – Minimaliste !

22 août 2014

Il n’est pas nécessaire d’avoir un énorme banc avec plusieurs meules et tout le reste… Ce rémouleur anglais nous en fournit la preuve : il suffit d’un petit touret à meuler et d’une bicyclette. Cette belle photo de Bill Douglas date du début des années 70.
Responsable de la Cotswold Community, Monsieur John Whitwell l’a publiée sur son site. Il se souvient de cet homme, dont il a oublié le nom, qui venait chaque année à la Cotswold Community. Il pense qu’il n’est plus venu vers la fin des années 70. John Whitwell aime beaucoup cette photo, si quelqu’un pouvait lui donner des renseignements sur cet homme, rémouleur (Qu’est-il devenu ? Est-il encore vivant ? etc), il serait très heureux.
- Visiter le site de John Whitwell et voir la photo, encore plus belle en grand format, en cliquant ICI.

England-knife-grinder-années-70'-remouleur

La belle assiette de Creil-Montereau

15 août 2014

À la belle saison… enfin, au printemps, en été et à l’automne, les brocantes et les vide-greniers fleurissent dans nos communes françaises. En fouinant un peu, on trouve assez souvent des objets faisant référence aux rémouleurs.
C’est ainsi que Philogène Gagne-Petit vient de débusquer une belle assiette. Pas n’importe laquelle : un pur produit de la faïencerie Creil-Montereau ! Philogène a dû négocier ferme car le prix était conséquent mais quand on aime…
Fondée peu après la Révolution, la Manufacture de Faïence Fine de Creil emploie 900 ouvriers en 1840. Cette année-la, le groupe Creil et Montereau est fondé par le rapprochement avec la Manufacture de Montereau. C’est la naissance des Faïenceries Creil et Montereau qui connaîtra une période d’expansion et de succès pendant la deuxième moitié du XIXe siècle. Recentrée par la suite sur Montereau la société mettra fin à ses activités en 1955. Dans chaque commune, Creil et Montereau, en Ile de France, un musée rappelle la production artistique de chacune des manufactures (d’après Wikipedia).

Assiette faience de Creil-Montereau

Comparé à d’autres graphismes sur assiette, le dessin est fin et précis, caractéristiques des Faïenceries de Creil-Montereau. À la limite, on peut reprocher le côté chargé du contour de l’assiette, cela est une question de goût. Par contre, le dessin de la scène du rémouleur est remarquable. La légende tient en trois mots : À repasser couteaux.
- Au dessous de l’assiette, inscription Lebeuf-Milliet Creil-Montereau.
– Diamètre de l’assiette : 21cm.
– Elle fut produite avant 1955, année de la fermeture définitive de la manufacture.

Rémouleur en Bolivie – 2011

8 août 2014

Clin d’œil de Philogène Gagne-Petit aux voyageurs actuellement en Bolivie…
Belle photo de rue, légèrement redressée par Philogène, parue sur le site Les Bouchet en voyage.
Photo de rue, photo de vie : tandis qu’à l’arrière plan deux jeunes hommes arrivent en marchant, le rémouleur, personnage central, est près de son banc. Il est au premier plan avec deux autres personnages dont un duquel on ne voit que le bras. Personnage important néanmoins puisque c’est le client. Ce triangle formé de trois personnes rend la scène vivante : le rémouleur, un couteau dans la main, discute avec le client qui, on l’imagine, répond au rémouleur. Enfin, légèrement en retrait, un jeune garçon regarde le rémouleur.
Les façades des maisons sont colorées comme fréquemment en Bolivie et les vêtements des personnages sont en harmonie avec les murs…

Remouleur en Bolivie

Le banc de rémoulage est très simple, rien d’inutile sur cet ensemble de type chevalet. Il doit cependant être lourd car tout en acier. La roue d’énergie est utilisée pour les déplacements après que la courroie ait été débrayée. La meule est de petit diamètre pour deux raisons : d’une part elle est moins lourde et d’autre part elle est moins onéreuse à l’achat. Le déplacement se fait en basculant l’ensemble de 90° de façon à ce que la grande roue soit en contact avec le sol.
- Le site Les Bouchet en voyage (lien direct). Nombreuses photos.
- Merci à eux pour cette belle photo que nous leur empruntons.

 

Rémouleur viennois en 1873

1 août 2014

Philogène Gagne-Petit a découvert un site autrichien d’une grande richesse documentaire. On y trouve de nombreuses illustrations sur la vie à Vienne et, bien entendu, la photo d’un rémouleur de 1873.
Le banc, très robuste, est caractéristique de l’Europe Centrale : Autriche bien sûr, Allemagne Orientale, Hongrie, voire Italie du Nord. Il semble que cette photo soit un peu posée mais, qu’à cela ne tienne, le tableau est très vivant !
- Photo de Otto Schmidt, Éditeur A.E. Czihak, Wiener Typen, 1873.
- Aller sur le site, la photo est en très grand format, cliquer ICI.

Wiener-typen-1873-Scherenschleifer-Knife-grinder

Le rémouleur en motif décoratif

25 juillet 2014

Dans le cadre d’un déplacement sur des lieux touristiques en montagne, Philogène Gagne-Petit a découvert cette bande de tissu décoratif destinée à masquer le chant d’une étagère ou bien orner le haut d’une vitre de placard de cuisine. Tout cela dans une cuisine de style rustique et non pas dans une pièce high-tech’ bien entendu. La bande mesure environ 10cm de hauteur, longueur ad libitum… Prix au mètre linéaire très abordable.

Frise-deco-remouleur

Le rémouleur de Bordeaux

20 juillet 2014

Bordeaux est l’une des grandes villes de France. Surnommée « la belle endormie », elle a retrouvé depuis quelques années une dynamique saluée unanimement. Cela en grande partie grâce au réseau du tramway mis en place depuis 2003 et sans cesse amélioré. Bien sûr, Bordeaux est aussi la capitale d’une région vinicole mondialement connue.
Il ne fallait pas être endormi ni trop adepte du vin local (ou d’ailleurs…) lorsqu’on était rémouleur au début du XXe siècle à Bordeaux. C’est l’idée que semble nous transmettre cette photo imprimée sur une carte postale expédiée en 1912.

Remouleur-knfe grinder-scherenschliefer-arrotino-amolador-afilador-messer Schleifer-

Le banc de rémoulage paraît assez robuste et lourd. Le rémouleur est un gaillard assez trapu. Il ne fallait pas être un gringalet pour travailler avec cette machine dans les rues de la ville !
Outre les roues de type charrette, la roue d’énergie est d’un bon diamètre avec une jante de taille. Il semble qu’il y ait plusieurs meules sur le même axe, protégées par un imposant carter. Un tube est fixé sur le côté : ça pourrait être un étui pour protéger les parapluies à réparer, voire un logement pour une toile que l’homme montait en cas de soleil ou de mauvais temps. Beaucoup de suppositions…
Cette belle carte postale est un document précieux pour l’histoire des rémouleurs en France.

 

Rémouleur au pays du Champagne

10 juillet 2014

Epernay-Remouleur-1913

Arrivés ce soir à Reims, les coureurs du Tour de France 2014 partiront demain de Épernay, capitale du Champagne. Sur la carte postale ci-dessus on perçoit déjà l’agitation dans le centre de la ville, rue de l’Hôpital Auban-Moët. Dans quelques heures, la rue sera dégagée et les coureurs pourront s’élancer vers Nancy. À priori, le rémouleur qui se trouve à droite ne devrait pas gêner la course. Avec ses amis, il a réservé sa place, si par hasard il y avait une pièce de vélo à affûter en urgence…
Bon, vous l’avez sans doute repéré sur le tampon de la Poste (qui fait foi), la scène se passe il y a 101 ans, en 1913. Tous ces gens ne se doutent certainement pas de ce qui les attend l’année suivante et jusqu’en 1918 !
D’ailleurs, les coureurs passeront, ce vendredi 11 juillet 2014, près des champs de bataille pour un hommage aux millions d’hommes qui se sont perdus dans cet immense carnage.
Comme quoi les rémouleurs sont toujours liés à l’actualité.
Chers lecteurs et lectrices, veuillez excuser Philogène Gagne-Petit s’il délire de temps à autre…

Epernay-Remouleur-1913-detail

Knives and scissors to grind

4 juillet 2014

 « Couteaux et ciseaux à repasser », c’est la légende de cette carte postale anglaise du début du XXe siècle. Et pourquoi un rémouleur anglais ? Et bien parce que le 101ème Tour de France prendra demain le départ de la ville anglaise de Leeds mais surtout, l’étape du lendemain, le dimanche 6 juillet 2014, s’achèvera à Sheffield, autrefois ville phare de la coutellerie au Royaume Uni et même dans le monde.
Dès le XVIe siècle, Sheffield était connue pour ses couteaux et à partir de 1600 Sheffield est devenue le centre de la production coutelière de l’Angleterre, créant une croissance sans précédent, la construction d’usines et la création de banlieues de riches industriels mais aussi de quartiers ouvriers en terrasses (d’après Wikipedia).

knife grinder, remouleur, afilador, scherenschleifer, arrotino, amolador, scharensliep, tocilar, messerschleifer, köszörűs, bileyici, szlifierz, brusar, vinkelsliper, kvarn, точильный камень,

Le knife grinder semble en train de limer à l’arrière de son métier. À l’abri, ce qui n’est pas un luxe dans la mauvaise saison, l’homme s’assied pour affûter : on voit le minuscule banc, les brancards, les deux pédales ainsi que la meule de bon diamètre. Ce qui est étonnant, c’est que l’on ne distingue pas de roue d’énergie (ou grande roue), pas de réserve d’eau non plus. Cela est peut-être masqué par des accessoires dont les formes ne sont pas très distinctes.
Quant aux couteliers de Sheffield, Philogène Gagne-Petit nous promet qu’il évoquera bientôt la grande époque et les conditions de travail qui en découlaient…

Mexico : afilador au siècle précédent

27 juin 2014

Philogène Gagne-Petit n’est jamais allé au Mexique mais l’une de ses filles lui a rapporté il y a quelques années une brochure intéressante rassemblant des photos des petits métiers que l’on rencontrait au XXe siècle dans les rues de la capitale : Mexico. Comme en Europe, beaucoup de métiers étaient présents, des traditionnels aux plus insolites : vendeurs de crécelles, évangélistes, porteurs (sur le dos) d’énormes balles de paille, marchands d’oiseaux (canaris), musiciens de toutes sortes dont joueurs d’orgue de barbarie, etc.
Et bien entendu, les couteaux en inox n’existant pas encore, les rémouleurs avaient du travail. La photo ci-dessous en témoigne.

Afilador Mexico Espejos del siglo XX

Le banc de cet afilador semble lourd, il paraît donc exclu qu’il le porte sur le dos. En conséquence on peut penser qu’il le bascule de 90° vers l’avant afin d’utiliser la roue d’énergie comme roue de déplacement. Un procédé de mobilité souvent utilisé en Amérique latine (Cf nos deux récents articles). La photo n’est pas suffisamment détaillée pour que l’on puisse distinguer ses outils et ses accessoires. D’après les véhicules en circulation, on peut situer la scène dans les années 60 comme l’indique ie catalogue placé à la fin du livre. La photo est légendée : le rémouleur vient de siffler, allusion sans doute à la flûte de pan utiliée couramment par les rémouleurs en Amérique latine.

- Références du livre : Ciudad de México – Espejos del sigle XX – José Joaquin Blanco – Ediciones ERA, 2004.

L’afilador de Buenos Aires

20 juin 2014

Philogène Gagne-Petit aime l’Amérique du Sud en ce moment… D’ailleurs, il y est allé il y a 25 ans de cela et à défaut de rémouleur il rencontra dans les rues de Buenos Aires des musiciens qui faisaient la manche… Des musiciens assez âgés, joueurs de tangos, obligés de s’installer sur le macadam, faute de travail…
S’il y avait souvent du public autour de ces musiciens en 1989, ce n’était pas le cas pour ce rémouleur des années vingt dans une rue de la capitale.
Son banc est assez classique, de type chevalet. La grande roue sert aussi de roue de déplacement lorsque l’homme bascule l’ensemble de 90° vers l’avant. En position de travail, comme sur la photo, l’axe de la meule est entraîné par une poulie concentrique à la roue d’énergie. On voit assez bien la courroie de transmission. La meule est d’un bon diamètre. La réserve d’eau est là. Et le rémouleur sourit au photographe. Salut l’ami !

Rémouleur en Argentine
- Détail d’une carte postale (tarjeta postal) éditée à Buenos Aires

La solitude du rémouleur, de René Leverd

16 juin 2014

Son père fut son premier maître, par la suite il en eut d’autres dont Jobbé Du Val, ce dernier connu entre autres pour un dessin de rémouleur. Robert Leverd (1872-1938) exposa ses œuvres dès 19 ans. Nanti d’une solide formation artistique, il exerça néanmoins les métiers les plus variés, dont reporter, avant de s’installer dans le sud de la France. Il se spécialisa alors dans l’aquarelle, domaine dans lequel il excella, produisant des milliers de croquis au fusain, au crayon et à la plume.

René Leverd Rémouleur

Ce dessin au crayon (dont on voit encore les traces) réhaussé à l’aquarelle d’un rémouleur est un beau cadeau que René Leverd nous a laissé. On est en ville, témoin le fût du lampadaire ainsi que la grisaille environnante, et pourtant on ne voit rien autour… Est-ce pour exprimer la solitude du rémouleur ? Légèrement penché sur son métier, vêtu d’une redingote et d’une casquette sombres, emmitoufflé, l’homme est concentré sur son ouvrage. L’outil de travail est simple, porté sur le dos lors des déplacements, les sangles l’attestent.
En résumé, une œuvre forte, un bel hommage aux rémouleurs, les hommes que nous honorons depuis longtemps ici.

- Collection particulière.
– Voir un autre article de ce blog sur la solitude du rémouleur ICI .

Rémouleur brésilien à Rio – Début du XXe siècle

6 juin 2014

La Coupe du Monde de football commence dans six jours au Brésil.
Philogène Gagne-Petit a sorti de ses archives une carte postale (Bilhete Postal) du début du XXe siècle légendée « O amolador no Rio de Janeiro ». Elle a été envoyée de cette ville le 24 octobre 1906 à destination de Paris.

knife grinder, remouleur, afilador, scherenschleifer, arrotino, amolador, scharensliep, tocilar, messerschleifer, köszörűs, bileyici, szlifierz, brusar, vinkelsliper, kvarn, точильный камень,

Le banc semble lourd mais néanmoins mobile assez facilement. On voit pour cela une grande roue qui sert uniquement pour les déplacements. Une autre roue, concentrique, est utilisée comme poulie. Elle ne touche pas le sol pendant les trajets. Elle reçoit une courroie de transmission qui actionne une autre poulie sur l’axe de laquelle est montée la meule. La grande roue est commandée par une pédale, le mouvement est entretenu grâce à un excentrique bien visible. Le rémouleur enserre une grande barre inclinée, cela l’aide sans doute pour la stabilité. En fait cette barre est utilisée pour diriger et maintenir le banc lors des déplacements, celui-ci étant alors basculé à 90° vers l’avant. Remarquer enfin un petit étau placé sur le bâti, au-dessus de la grande roue.

- Collection particulière.

Liban – Rémouleur maronite, fin du XIXe siècle

30 mai 2014

Cette gravure s’affiche en UNE de L’OMNIBUS ILLUSTRÉ, numéro 19, daté du 11 mai 1890. Ce Journal des Familles paraissait le dimanche en Belgique et était diffusé aussi en France.
La gravure est accompagnée du texte suivant :
 » Les Maronites constituent cette célèbre peuplade chrétienne qui réside dans le Liban : c’est, peut-être, de tous les pays du monde, celui où le plus de races et de religions différentes sont rassemblées dans un plus étroit espace. Bien qu’un peu partout dispersés, les Maronites chrétiens, soumis à l’église romaine, habitent plus spécialement le versant occidental du Liban, depuis Beyrouth jusqu’à Tripoli. Les Druses – ennemis éternels des Maronites – dont la religion si célèbre a pour secret de n’en être pas une, peuplent le Hauran et quelques parties de l’Anti-Liban. Il y a encore, dans le Liban, des Métoualis, des Ansariés, des Bédouins, des Kurdes, des Juifs, des Musulmans arabes et des Turcs.
Mais les Maronites et les Druses – toujours plongés en des luttes d’ailleurs ordinairement plus bruyantes que meurtrières – prédominent dans le pays : les premiers sont au nombre de 300.000, les autres au nombre de 100.000. »
Les chiffres ont bien entendu évolué et aujourd’hui, après plusieurs exodes, les chrétiens maronites sont beaucoup plus nombreux dans d’autres pays, notamment au Brésil, qu’au Liban même. Voir la page de Wikipedia ICI.

Remouleur maronite

Comme dans tout le Moyent-Orient, ce métier est léger, simple, voire même rustique. Mais il est aussi facilement transportable à dos d’homme. La meule est de petit diamètre pour au moins deux raisons : faible prix et surtout faible poids. Remarquer que l’assemblage du montant et de la traverse sur laquelle repose l’axe de la roue d’énergie est assuré par une ligature. Enfin, l’homme quitte sa babouche pour mieux pédaler.
- Dimensions de la gravure : 13 cm x 19 cm.
- Signature en bas à droite : Canedi. 

Lyon : Jérôme Airoldi, rémouleur à scooter

23 mai 2014

C’est plutôt en Espagne, en Italie ou en Amérique du Sud que l’on rencontre des rémouleurs à scooter. Mais il y en a aussi en France !
La preuve avec cet article du journal La Tribune de Lyon en date du 15 mai 2014. Inutile d’ajouter des mots, l’article est complet.

Jerome-Airoldi-remouleur-a-scooter-Lyon-

- Merci à Pierre Desseigne, lecteur du blog, pour l’information.
– Photo © Olivier Chassignole.

- Voir sur ce blog deux rémouleurs espagnols à scooter ICI et.
- Clic sur l’image pour l’agrandir et lire tout l’article confortablement.

Marseille : rémouleur à l’arrêt du tramway

17 mai 2014

Aujourd’hui, dans toutes les villes d’Europe, à l’angle d’une rue ou sur une place, on se laisse prendre par une scène en trompe-l’œil : fenêtres avec rideaux et fleurs en balconnières, échelles en appui contre un mur, personnages de toutes sortes… Tout cela pour créer un effet de réalité… et souvent, masquer un pan de mur disgracieux. La peinture en trompe-l’œil remonte à plus de deux mille ans. On en a par exemple trouvé dans les ruines de Pompéi. De tout temps, cette pratique s’est perpétuée mais pendant longtemps dans les demeures riches ainsi que dans les édifices religieux.

Marseille remouleur trompe l oeil

C’est à Marseille que l’on peut voir, entre autres personnages, ce rémouleur en plein travail mais qui jette un regard vers le visiteur… Il est peint sur une fresque de 90m2 intitulée Bar Le Tramway, place Caire. Un souvenir du terminus du tramway face à la station de métro Saint-Barnabé. Bien entendu, le rémouleur est là au milieu de gens qui attendent le tramway qui arrive… Il faut donc aller sur le site A-Fresco pour découvrir l’ensemble de la fresque en cliquant sur l’image ci-dessus. Penser à survoler cette fresque avec la souris pour agrandir les détails et apprécier la qualité du dessin. Vaut le détour !
- À découvrir : ICI une page sur l’histoire de l’art du trompe-l’œil.

Portugal : rémouleur à bicyclette (en vidéo)

9 mai 2014

Il y a sur Internet de nombreuses vidéos montrant des rémouleurs. Il y en a peu de bonnes. En voici une qui nous présente Mr Manuel Nascimento, rémouleur portugais à bicyclette à Águeda, ville de 48 000 habitants. Cet Amolador de facas très sympathique est accueilli dans le jardin de particuliers. Après la mise en place de son matériel, on le voit affûter des ciseaux puis des couteaux. On entend même la flûte de pan d’un confrère, c’est ainsi que les rémouleurs s’annoncent au Portugal comme par ailleurs au Brésil. Et lui-même, à la fin de la séquence, y va de son petit instrument. Une vidéo de qualité, en HD (Haute Définition) et en grand format, à découvrir sur Vimeo.
- Cliquer sur l’image pour voir la vidéo sur Vimeo.

Amolador-de-facas-Rémouleur-video

Rémouleur et artiste, Palerme, XXe siècle

6 mai 2014

Pas sûr mais probable : l’homme, rémouleur, qui repasse un couteau pour la vieille dame, est aussi un artiste. Déjà, on peut remarquer que ses vêtements, le pantalon, la casquette mais surtout la chemise, sont en harmonie avec la décoration de son banc de rémoulage. Une décoration à la fois contemporaine mais aussi inspirée de fresques chevaleresques. Étonnant tout-de-même !
Peut-être que cela l’aidait à pousser l’ensemble qui paraît massif, sans doute lourd. Et comme très souvent autrefois, l’homme réparait aussi les parapluies.
Cette photo est un document précieux, scène de la vie populaire à Palerme (Italie) au milieu du XXe siècle. Elle est l’œuvre d’un photographe qui a su saisir le moment décisif de la relation commerciale entre le rémouleur et sa cliente.

Palerme Rémouleur Années 1940 50

- Carte postale éditée en 1992 à l’occasion d’une foire philatélique à Palerme.
- La photo est de Lupo S.
- Inscription au verso de la carte : Arrotino (ammola cutieddi). 

Jean-Luc Nurdin, rémouleur vosgien

25 avril 2014

Retraité de la métallurgie, cet habitant de Ramonchamp, dans les Vosges, a découvert un jour sur Internet les plans d’une rémoulette. Ce n’était autre que celle que conduisait Gédémus, alias Fernandel, dans le film REGAIN réalisé en 1937 par Marcel Pagnol.
Il parcourt maintenant la France avec sa rémoulette, reproduite au millimètre près, pour faire des démonstrations dans les expositions de vieux métiers et les fêtes du terroir.
Le quotidien Vosges Matin lui a consacré un long et intéressant article en 2013.

Jean Luc NURDIN rémouleur vosgien Photo
- Photo © Auteur inconnu – Crédit réservé.
– Pour lire l’article de Vosges Matin, cliquer sur la photo.
– Philogène Gagne-Petit a déja présenté deux autres rémouleurs vosgiens : François Noisette et Alain Bertuzzi (liens directs).

Le rémouleur (knife grinder) de Eric Ravilious

18 avril 2014

L’auteur de cette lithographie est un artiste anglais, Eric Ravilious (1903-1942). Multicartes, il était peintre, désigner, illustrateur de livres, graveur sur bois, mais il est surtout connu pour ses aquarelles. Il fut un artiste de guerre pendant le deuxième conflit mondial. Sa vie se termina tragiquement au cours d’une mission en 1942, il avait 39 ans, lorsqu’un avion de la RAF (Royal Air Force) qui le transportait vers la Finlande se perdit au large de l’Islande.

Knife grinder par Eric Ravilious

Le banc est caractéristique de ce que l’on pouvait voir au Royaume Uni dans les années 20-30 du XXe siècle : grandes roues et rémouleur assis haut perché. D’une façon générale, en comparaison de ce qui existait dans les autres pays européens, le métier était simple, léger et souvent décoré.
La sensibilité artistique dEric Ravilious lui a fait accentuer ces aspects. Le point de vue, en contre-plongée, ajoute à l’ensemble une représentation très aérienne qui transcende la réalité. C’est une vision idéalisée du rémouleur et cela lui donne une certaine noblesse.
- Note : le mot CHAIRS indique que l’homme réparait aussi les chaises.

Margery Cohen, rémouleur(e) à Manhattan

12 avril 2014

C’est une lectrice assidue du blog Les rémouleurs, grande voyageuse autour du monde, qui a rencontré il y a quelques mois Margery Cohen, une femme américaine qui, chaque mercredi et samedi, affûte les couteaux dans le hall du Chelsea Market, quartier de Manhattan à New York City.
Très sympathique, Margery s’est laissée photographier sans insistance et a même fait un signe de sympathie pour Philogène Gagne-Petit. Elle était très occupée car elle a beaucoup de clients, particuliers et professionnels.
Voila plus de dix ans qu’elle occupe cet emplacement. Auparavant, c’est dans le commerce du poisson qu’elle exerçait et c’est là qu’elle a compris la nécessité de couteaux bien aiguisés. Après un passage par la restauration, elle s’est installée rémouleur(e) à Manhattan.
Elle n’utilise pas de meule rotative car elle a été formée par un menuisier japonais. Au pays du soleil levant on aiguise à la pierre et c’est ainsi que Margery procède à son stand de Manhattan. Elle utilise une pierre garnie de poussière de diamant et dispose d’une alimentation en eau. Cela est beaucoup moins dangereux pour les lames, dit elle, qui peuvent être endommagées par une meule tournante…
Chacun son point de vue mais elle n’a pas entièrement tort !

- Le blog de Margery : Samourai Sharpening Service (lien direct).
- Photo © Juliane Amblès, 2014. 

Margery Cohen remouleuse à New York

Un rémouleur devant le château de Windsor (GB)

4 avril 2014

Résidence officielle des rois et reines d’Angleterre depuis bientôt un millénaire, le château de Windsor accueille actuellement et jusqu’au 5 mai une exposition des aquarelles des frères Sandby, Paul et Thomas. Vivant au XVIIIe siècle, Thomas était architecte tandis que Paul s’est fait une réputation en tant qu’aquarelliste. C’est d’ailleurs à Paul que l’on doit la majeure partie des œuvres exposées. Celles-ci sont d’une telle qualité qu’on lui a attribué le titre de « père de l’aquarelle anglaise« . En regardant ces peintures aujourd’hui, on se projette deux siècles en arrière dans ce qu’était la vie du château et de son domaine.

Château de Windsor La Porte Henri VIII avec sa garde son public et ses travailleurs Paul Sandby

Comme dans toute communauté, il y avait à cette époque des rémouleurs. En voici un, devant l’une des portes du domaine, la Porte Henry VIII. On retrouve là un banc brouette caractéristique de cette période anglaise. La scène est très vivante, tandis que le rémouleur fume la pipe, les étincelles jaillissent. Un broc est accroché sur l’un des bras de la brouette. Ce qui crée la vie dans ces aquarelles, c’est la multitude de personnages de rangs différents : nobles, gardes, marchands, gens du petit peuple comme ce ramoneur et son tout jeune aide qui observent notre rémouleur, fascinés sans doute par la mécanique, le feu, le bruit de l’acier sur la meule…
Hélas, peu d’entre nous pourront se rendre à Londres pour cette exposition. Les organisateurs y ont pensé : on peut quand même admirer les aquarelles et revivre l’ambiance du château de Windsor grâce à Internet. Un site a été créé et une application pour iPhone et iPad est disponible gratuitement. C’est en anglais mais cela ne présente pas d’obstacle majeur : à consommer sans modération, c’est remarquablement conçu.
Bon voyage au château de Windsor !

Rémouleur Chateau de Windsor RU

- Le site : CAPTURING THE CASTLE (lien direct).
- On peut consulter les aquarelles et les télécharger en grand format.
– Un lien permet de télécharger l’application pour iPhone et iPad.

Festival de roues : de scharensliep, Pays-Bas.

29 mars 2014

Depuis que la photo existe, c’est-à-dire 1839 officiellement, il y a toujours eu de bons photographes, des gens qui savent saisir l’instant décisif (*). Comme celui qui, aux Pays-Bas au début du XXe siècle, a fixé sur une plaque photographique cette rencontre entre une nourrice et un rémouleur. Quelle élégance et quelle légèreté pour ce landau à côté du banc énorme, robuste, lourd, du repasseur. Et cette grande roue d’énergie qui en impose ! Au milieu, presque fragile, il y’a l’enfant que le rémouleur a fait monter sur son métier, c’est sur lui que sont dirigés les regards, y compris semble-t-il, celui du nourrisson qui est dans le landau. Une belle scène de rencontre, de vie, de relations humaines.
Non, le rémouleur n’était pas toujours un coureur de jupons. De par son métier, c’était un homme de rencontres, c’est cela qui lui valait l’estime de la population.

Pays Bas Remouleur Vers 1920

(*) – Référence à Henri Cartier Bresson dont l’œuvre photographique fait l’objet d’une rétrospective au Centre Pompidou à Paris jusqu’au 9 juin 2014.
– Scharensliep : rémouleur en néerlandais.

Les rémouleurs, ce blog : six ans déjà…

24 mars 2014

Il y a six ans jour pour jour, le 24 mars 2008, paraissait le premier article de ce blog.
Le démarrage fut un peu laborieux. Pourtant, un jour de l’été de la même année enregistrait le record de visites : 203. Cependant la moyenne quotidienne restait très basse. Doucement, après quelques années, elle s’est établie à une soixantaine de pages vues. Aujourd’hui, on est autour de 70 avec des pics jusqu’à 120. Ah ! On est loin de certains blogs généralistes, ou d’autres sur des thèmes populaires, qui attirent plusieurs dizaines de milliers de visiteurs aux premières heures de l’aube… certes.
Avec ce blog les rémouleurs, ce qui fait la différence, c’est l’audience internationale. Oui, car s’ils ne sont pas nombreux chaque jour, les visiteurs viennent de plus de 116 pays du monde entier !  Et cela est extraordinaire. Bien sûr, ce sont les francophones les plus assidus mais avec les possibilités de traduction qu’offre aujourd’hui Internet, un visiteur d’une petite île de l’Asie du sud-est peut lire nos articles. Enfin, contrairement aux sites généralistes et dans le vent il y a très peu de sites focalisés sur les rémouleurs dans le monde. Internet permet une véritable mondialisation des connaissances.

2014 03 23 6 ans blog Joyeux lurons italiens

Philogène Gagne-Petit est très touché de cette audience et s’en réjouit. En ce jour anniversaire, il offre à ses lecteurs la photo d’une statuette d’origine italienne en cire colorée qui figure en bonne place dans son bureau. Avec ses rémouleurs sympathiques, ce banc de rémoulage est sans doute né de l’imagination de l’artiste qui a conçu cette statuette, bien que… On sait les rémouleurs débrouillards et imaginatifs, ce blog les honore régulièrement.
Alors Philogène, on repart pour six ans ?
- Sur la plaque dorée en partie basse est inscrit « Jessica collection »
- La statuette mesure 24cm de long, 22cm de haut et 15cm de large.
- Acquisition en Italie il y a quelques années mais d’origine inconnue.
– Pour voir le premier article paru : un rémouleur mexicain, cliquer 
ICI.

Reunan, rémouleur d’aujourd’hui

21 mars 2014

On rencontre de plus en plus de rémouleurs aujourd’hui en France et certains journalistes ne devraient plus titrer « Le dernier rémouleur ». Car oui, des jeunes reprennent le flambeau, bien formés, bien équipés et cela assurément beaucoup mieux qu’autrefois. Par le passé, de pauvres bougres habitant des régions défavorisées (la Meuse par exemple) quittaient leur village pour des horizons lointains, essentiellement pour nourrir leur famille, bien modestement d’ailleurs.
Voici l’exemple d’un jeune rémouleur dont le quotidien LA DÉPÊCHE DU MIDI a rendu compte récemment d’une façon assez précise.

knife grinder, remouleur, afilador, scherenschleifer, arrotino, amolador, scharensliep, tocilar, messerschleifer, köszörűs, bileyici, szlifierz, brusar, vinkelsliper, kvarn, точильный камень,

- Cliquer sur l’image pour l’ouvrir en grand format.
– Merci à Bernard LEPOUTRE pour l’information.

La libido du rémouleur, fantasme ou réalité ?

14 mars 2014

Recherche instinctive du plaisir et surtout du plaisir sexuel, telle est la définition courante du mot libido. En psychanalyse, Freud l’élargit en Énergie psychique sous-tendant les pulsions de vie, et spécialement les pulsions sexuelles.
Ceci étant posé, est-ce que les rémouleurs, dans leur ensemble, étaient des êtres libidineux, c’est-à-dire recherchant constamment et sans pudeur des satisfactions sexuelles ?
Nous ne connaissons pas d’anecdotes qui abonderaient dans ce sens. Par contre, les chants populaires nous donnent quelques pistes.

knife grinder, remouleur, afilador, scherenschleifer, arrotino, amolador, scharensliep, tocilar, messerschleifer, köszörűs, bileyici, szlifierz, brusar, vinkelsliper, kvarn, точильный камень,

Par exemple, cette chanson d’Alsace dont on peut traduire le titre par Arrive un rémouleur chez nous. L’illustrateur, Tanconville, nous met d’emblée dans l’ambiance : des regards sont échangés entre le rémouleur, un homme jeune, et l’une des jeunes femmes occupées à la lessive. Les paroles du premier couplet sont traduites ainsi :

Arrive un jour un repasseur,
Repassant bien mal les couteaux,

Féléteri et félétéra
Repassant bien mal les couteaux
Fidi, fidi, rélele, riolélé !
Il repass’ couteaux, ciseaux !

On enchaîne ensuite sur le deuxième couplet :

Aux demoiselles ça s’ra pour rien !
Et j’y mettrai tout mon talent,
Féléteri et félétéra !

Après une plainte du rémouleur sur sa femme, le chant se termine par :

Ah ! Repasseur, repass’ toujours !
Les belles filles ne manquent pas !
Féléteri et…

knife grinder, remouleur, afilador, scherenschleifer, arrotino, amolador, scharensliep, tocilar, messerschleifer, köszörűs, bileyici, szlifierz, brusar, vinkelsliper, kvarn, точильный камень,

Dans l’Anthologie du chant scolaire datant de 1926, fascicule sur l’Alsace, un autre chant intitulé Le gagne-petit, fait dire à celui-ci :

Vois-tu, ma femme est trop paresseuse,
Et je n’ai pas de beaux habits.
Je cherche au loin figures joyeuses,
J’entends là-bas assez de cris…

… Le rémouleur est toujours en quête
De bon vin chaud, de cœurs aimants…

Voila des paroles qui feraient aujourd’hui grincer les dents de certains parents d’élèves et, pourquoi pas, être à l’origine d’une grève parentale des cours ?
Comme très souvent, les chants populaires se lisent à plusieurs degrés…
––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
- Les définitions sont du Petit-Robert 1, édition de 1990.
- En savoir plus sur TANCONVILLE (1845-1936). Lien direct.
- Merci à Jean-Marie HUMMEL et à André WINLING pour leur aide précieuse.

Humour : un rémouleur dans l’embarras !

7 mars 2014

On peut demander beaucoup de choses à un rémouleur, certes ! Mais satisfaire un client qui ne demande pas qu’on lui repasse quelques couteaux, non, mais plutôt qu’on lui aiguise l’appétît…
C’est ce que, de sa fenêtre, souhaite ce monsieur qui a sans doute des problèmes de santé, en particulier du côté de l’estomac…
Diable, que répondre ? Que faire ? Monsieur SULFIL, rémouleur, est dans l’embarras…

Aiguiser l apppetit

- Le dessin est signé NAY. La date de création comme le support de la publication sont inconnus.

Alex Ribis, coutelier, sur le marché de Tours

27 février 2014

C’est grâce à un négatif grand format sur plaque photographique que Philogène Gagne-Petit a pu identifier le rémouleur qui travaille sur le marché de Tours, il s’agit de Alex RIBIS.
La plaque apposée en haut du banc indique : ALEX RIBIS – CoutelierillisibleToutes réparations – Vente.
Restait ensuite à déterminer à quel moment cette photo a été prise. Un indice nous permet de situer la période, celle pendant laquelle presque tous les véhicules roulaient au gazogène, à savoir la deuxième guerre mondiale 1939-1945. C’est le cas de celui qui est garé derrière le banc de Alex RIBIS.
En fait, on se demande si ce n’est pas lui le propriétaire. En effet, le banc paraît très lourd, suspendu par des ressorts à lames, avec des roues à pneus gonflables (vérifié sur la photo très agrandie). Alors, ce banc est-il déplacé à la force des bras ou tracté par un véhicule à moteur ? Dans ce dernier cas il aurait une plaque d’immatriculation… Quoique, pendant la guerre…

Marché de Tours

Par ailleurs, sur le détail ci-dessous (en partie éclairci pour une meilleure lisibilité) le mécanisme que l’on aperçoit semble lui aussi assez lourd. Est-il commandé par une ou deux pédales ? Est-il motorisé ?
Alex RIBIS, qui travaille assis, a la main gauche posée sur la roue d’énergie, pour la lancer ou la freiner. Enfin on perçoit son visage surmonté d’une casquette.
À noter qu’une bâche est relevée vers le haut de l’habitacle. Lorsque le travail est terminé, elle est rabattue, protégeant ainsi de regards curieux, idem de l’autre côté.
Visibles seulement à grande échelle, dans la zone d’ombre, deux scies à bois sont posées au sol, appuyées sur l’intérieur de la roue de gauche.
Alex RIBIS, coutelier, avait donc plusieurs cordes à son arc !

Marché de Tours Detail

Inapte à un travail suivi : tu seras rémouleur !

14 février 2014

Le rémouleur, c’est le titre d’une histoire imprégnée de morale chrétienne qui est racontée dans le journal La semaine des familles du samedi 20 août 1873.
Jérôme, le héros, jeune orphelin de père et de mère, est recueilli par un généreux abbé. Il part à Paris à la recherche d’un oncle qui a réussi. Après maintes péripéties, d’oncle riche il ne retrouve point. Alors qu’il est adulte, quelque peu instable, il retrouve l’abbé qui constate que Jérôme est inapte à un travail suivi et donc l’encourage dans son désir de devenir rémouleur : plus belle la vie ! Jérôme le rémouleur adopte ensuite un enfant puis un chien et les voila partis tous trois sur les routes de France.

Rém Semaine des familles 1873

L’histoire est illustrée par cette belle gravure réalisée probablement sur commande. Dans un paysage quelque peu désolé au loin duquel monte la fumée d’un feu de bûcherons, on aperçoit quelques silhouettes de maisons et même un clocher. Jérôme le rémouleur et ses deux compagnons sont bien présents, tous au travail pour faire avancer le banc d’affûtage sur un chemin irrégulier. Un banc de type brouette assez étonnant comme on pouvait sans doute en voir fréquemment à cette époque de la deuxième moitié du XIXe siècle.
Remarquons encore une sorte de baluchon posé juste derrière la roue de la brouette, s’agit-il de quelques outils ou bien des effets personnels de Jérôme et de l’enfant ?
Plus belle ou plus dure la vie ?
- En bas de la gravure apparaît un nom : DELANGLE.
– Dans le coin en bas à droite, deux initiales : GR.
– Dimensions de la gravure : 13,5cm x 9,5cm
– Format du journal : largeur : 19,5cm – Hauteur : 29cm.

Le Rémouleur : Allegro Vivace !

8 février 2014

C’est au cours de la deuxième moitié du XIXe siècle que Adolphe DAVID (1842-1897) composa cette Pièce Caractéristique dédiée à l’une de ses élèves… On n’en connaît pas la date exacte même si l’on a le numéro d’opus (43). Il semble que ce compositeur fut apprécié en son temps par les pianistes, c’est pour eux qu’il composa le plus si l’on en juge par le nombre de partitions éditées de son vivant.
C’est justement la couverture de l’une de ces partitions, celle de Le Rémouleur, éditée par Henry Lemoine à Paris, qui nous intéresse aujourd’hui.
Le dessin est l’œuvre de E. Buval, un illustrateur dont le nom apparaît sur bon nombre  de partitions musicales. Peut-être était-il attaché à l’éditeur Lemoine ?

DAVID-Adolphe-Le-rémouleur-Piano

E. Buval campe ici un rémouleur avec beaucoup de vérité. On découvre un banc de conception assez particulière, rare aussi. Mais tout y est : les bras et la roue de brouette pour le déplacement, la pédale, la bielle, l’excentrique et la roue d’énergie, celle-ci de grand diamètre et haut perchée. Ce grand volant entraîne par courroie l’axe de la meule qui doit tourner à grande vitesse. L’attitude du rémouleur est bonne et l’homme travaille dans une ville qui pourrait être située, d’après l’architecture, dans le nord de la France, du côté des Flandres.
C’est en tout cas un banc étonnant, d’un modèle encore jamais vu par Philogène Gagne-Petit !
La partition musicale commence par un Allegro Vivace. Forcément, le rémouleur n’a jamais été un mou…
Comme quoi musique et rémouleur peuvent faire bon ménage.

Marius, le rémouleur du Tout-Paris !

31 janvier 2014

C’est en consultant le blog de Shelly Parisienne « Paris, Maman et Moi » que Philogène Gagne-Petit a découvert, il y a quelques jours, l’existence dans la capitale d’un rémouleur contemporain particulièrement branché, portant le doux prénom de Marius. Deux syllabes qui flairent plutôt l’air de la Canebière que celui des Grands Boulevards…
Installé dans son vieux taxi anglais reluisant, il sillonne les rues de la capitale et des communes alentour, le look de sa moderne charrette attire les regards, on ne peut pas le manquer !
Ajoutez à cela un site Internet bien présenté et complet avec photos et vidéos, Marius a tout d’un homme d’affaires. Outre des particuliers, il a parmi ses clients de grands chefs et de grands restaurants, presque le Tout-Paris quoi.
Marius, l’Affûteur ambulant de Paris, vaut le détour ! C’est un bel exemple d’adaptation d’un métier ancien au monde d’aujourd’hui.

Marius remouleur a Paris

- Photo : Shelly Parisienne, publiée avec son aimable autorisation. Merci à elle.
– Le blog de Shelly Parisienne « Paris, Maman et Moi » (lien direct).

Le site de Marius (lien direct).

Le rémouleur d’Adèle

24 janvier 2014

Dans un environnement ou fourmillent les rémouleurs (dessins, photos, santons, statuettes, livres, gravures…), Adèle, l’une des petites filles de Philogène Gagne-Petit, dessinatrice à l’imagination fertile et adepte du découpage-collage, prit un jour la décision de s’exprimer sur le sujet. Elle avait alors entre trois et quatre ans.
Et voila le résultat !

Le rémouleur d Adèle

Notes :
- Le découpage a été scanné sur un fond blanc.
– Pour avoir une idée des dimensions de  » l’œuvre « , sachez que la hauteur du personnage est de 21 cm.

Azerbaïdjan, début du XXe siècle

17 janvier 2014

Autrefois partie intégrante de l’URSS, l’Azerbaïdjan est aujourd’hui un pays indépendant, membre de nombreuses organisations internationales. À vol d’oiseau, le pays se situe à tout juste 500km au sud-est de Sotchi, la ville qui accueillera en février prochain les jeux olympiques d’hiver.
Bakou est la capitale de l’Azerbaïdjan dont la géographie présente moitié de plaines, moitié de relief avec plusieurs sommets, l’un d’eux culminant à 4466m. À noter à l’est du pays un littoral de plus de 700 km sur la Mer Caspienne, une mer fermée.

Bakou Azerbïdjan vers 1920

Cette belle photo datant du début du XXe siècle, non posée donc très naturelle, nous ouvre les yeux sur un marché de Bakou à proximité duquel se tiennent les rémouleurs. Les métiers de ces artisans sont assez semblables à ceux que l’on rencontre au Moyen-Orient, ils n’ont rien à voir avec les bancs de la Russie centrale (voir notamment cet article de juin 2010).

Knife grinder et humour british

11 janvier 2014

Un rémouleur peut-il rendre la viande plus tendre ?
Ce dessin humoristique fut publié le 16 mai 1894 dans le journal anglais « The sketch » à la page 143.
Un rémouleur stationne devant une résidence aux fenêtres fleuries. L’employée de maison sort et lui demande d’affûter des couteaux en ces termes :
 » Oh ! s’il vous plaît, mon Maître vous demande de bien les aiguiser, parce que nous avons trouvé un poulet pour le repas et Monsieur ne peut pas le manger s’il est  trop dur « 

The Sketch Newspaper of 1894

Le dessin est signé en bas à droite Phil MAY / 94. Format de la page 25 x 35 cm environ.

Les rémouleurs : le blog lu dans 116 pays !

2 janvier 2014

WordPress, qui héberge ce blog, vient de publier les statistiques annuelles.
Philogène Gagne-Petit a de quoi être satisfait. Voici quelques extraits :

- Le blog a été lu dans 116 pays en 2 ans dont 76 en 2013 :

Couverutee en 2012-2013

- Le blog a été vu 16.000 fois en 2013…

Quelques chiffres

Et maintenant, en route pour 2014 !
- Images extraites des statistiques de WordPress. Merci à notre hébergeur.

Les vœux de Philogène Gagne-Petit

30 décembre 2013

Papier découpé Vœux 2014

C’est avec cette carte éditée par Müller à Düsseldorf en Allemagne que Philogène Gagne Petit vous présente ses meilleurs vœux pour l’année 2014.
La légende précise : silhouettes du siècle dernier. Il s’agit en fait du XIXe siècle, la carte ayant été envoyée dans les années 50.

À Bourges : Boyer coutelier depuis 1840

6 septembre 2013

Comme l’an passé à la même période, Philogène Gagne-Petit (PGP) était attelé à d’autres tâches pendant l’été. L’automne approchant, PGP est de retour : ses articles reprennent donc régulièrement.

Il propose aujourd’hui une photo ancienne : la boutique du coutelier BOYER à Cosne-Cours-sur-Loire en 1900.
Fondée en 1840 par Jean, cette lignée perdure encore aujourd’hui. En 2002, un descendant de la 6e génération a ouvert à Bourges le magasin LE PETIT RÉMOULEUR. La société entretient mais aussi crée et fabrique des couteaux, notamment le couteau du Berry en chêne de Tronçais.
Un site présente l’entreprise, ses produits et son histoire depuis 1840. Passionnant !

Cliquer sur la photo pour rejoindre le site Le petit rémouleur.

Australie – Melbourne – 1930

14 mai 2013

THE ARGUS était un journal australien de Melbourne, au format tabloïd, dans les années 20 et 30 du XXe siècle.
C’est dans le supplément photo du samedi 1er novembre 1930 qu’est publié ce cliché d’un rémouleur australien.

1930 Rémouleur en Australie Journal

À priori, l’homme a du travail : ciseaux, couteaux. Il semble qu’il travaille à sec, on ne voit pas de réservoir pour l’eau. On distingue plusieurs meules dont celle de droite paraît être une meule de finition. Enfin, il travaille assis. On ne voit pas vraiment le mécanisme, ni la/les pédale(s), juste une poulie avec des rayons.
L’angle de prise de vue choisi par le photographe est original, ce qui nous permet de bien voir l’axe des meules et, surtout, la position d’affûtage.
Le texte sous la photo : CISEAUX À REPASSER
« Les couteaux et les ciseaux aux lames émoussées vont retrouver des arêtes de coupe vives de la main experte de cet artisan pittoresque, dont la meule tourne activement dans les rues du Sud de Melbourne. »
- Dimensions – de la page : 31 x 46 cm – de la photo : 25 x 32 cm.

1850 – Le rémouleur vu par les frères Pauquet

7 mai 2013

On ne sait pas lequel des deux frères Pauquet a signé ce croquis, pris sur le vif, d’un rémouleur dans une rue de Paris vers 1850. Leurs styles de dessin étaient tellement en harmonie que l’on a du mal à distinguer l’œuvre de l’un ou de l’autre. Hippolyte, l’aîné et son cadet Polydor étaient nés vers 1800. Travaillant ensemble, ils fondèrent la maison d’édition PAUQUET FRÈRES dont la production artistique fut abondante. Aucun domaine ne leur était étranger, outre les petits métiers de Paris, ils s’intérèssèrent à la mode, aux costumes, à la danse, aux portraits de figures illustres, aux paysages…

Pauquet-Rémouleur-1.jpg

La gravure ci-dessus est intéressante, elle nous fait découvrir un banc de rémouleur d’un type assez rare que nous qualifierons de banc-buffet. Notons que le rémouleur lui-même est bien défini, en particulier le visage qui est assez expressif. Comme très souvent, on ne sait pas lequel des deux frères a signé cette gravure : Hippolyte ou Polydor ? Qu’importe, ils ont immortalisé une figure que l’on aime.

Afilador sur le chemin de Saint-Jacques…

30 avril 2013

Afilador village de Obirgo Espagne 4

Saisies en 2007, voici deux belles photos d’un afilador (rémouleur en espagnol) arpentant les rues ensoleillées du village de OBIRGO, à l’ouest de l’Espagne, entre les villes de Leon et Astorga, sur le chemin de Saint-Jacques de Compostelle.
Certes il n’est pas en plein travail mais on voit bien le dispositif adapté sur sa bicyclette : une poulie fixée sur la roue arrière, une barre métallique fixée verticalement sur le cadre et à son extrémité supérieure les meules sur un axe, une courroie (ici débrayée) destinée à la transmission du mouvement, enfin le chevalet (là relevé) qui permet de soulever la roue arrière pour qu’elle tourne dans le vide.
L’homme n’est pas tout jeune. A-t-il fait ce travail toute sa vie ? Ou bien, signe des temps européens, s’est-il mis à cette tâche pour s’en sortir eu égard à la situation actuelle du pays ? Allez savoir…
Merci à Serge, auteur de ces belles photos, fidèle du Chemin de Saint-Jacques qu’il parcourt habituellement en VTT. Merci également à Irène qui a créé le lien entre Serge et Philogène Gagne-Petit.
Et vous, cher(e) lecteur(trice), vous pouvez aussi nous soumettre une photo de rémouleur, elle sera vue dans le monde entier…
- Note : la photo du haut peut être agrandie en cliquant dessus.
– Photos © Serge Fichant. Droits réservés. Creative Commons Paternité.

Afilador village de Obirgo Espagne

À la lettre « R » de l’alphabet mignon

21 avril 2013

L’alphabet mignon était très en vogue au XIXe siècle.
En fait, il s’agissait d’un alphabet pour les enfants. Dans certains milieux on disait plutôt mignon qu’enfant, d’où l’usage de ce mot aux sens divers pour qualifier les alphabets.
Le plus souvent, ces ouvrages dépassaient le cadre du simple alphabet, c’étaient en fait des livres d’apprentissage de la lecture.
Pour rendre ces manuels plus attrayants, les éditeurs y introduisaient des illustrations, en général une par lettre. Au début, les illustrations étaient de simples gravures en noir et blanc de petit format puis, les techniques d’impression évoluant, les images se firent plus grandes et s’enrichirent de couleurs.
C’est la page d’un alphabet mignon qui figure ci-dessous. La gravure est en noir et blanc réhaussée de couleurs. Tous les alphabets n’étaient pas de cette qualité et celui qui contenait cette page devait être assez luxueux.
Compte-tenu de la qualité de l’illustration et de l’impression, on peut situer l’ouvrage autour de 1900.

- Format de la page : 12,5 x 19 cm.

Alphabet mignon remouleur
-

Rémouleur – Anvers – Début du XXe siècle

7 avril 2013

Belle carte postale qui précise bien que la photo a été prise à Anvers en Belgique. On peut la dater, mais sans certitude, vers les années 20.
À cette époque, la Flandre obéissait encore aux lois imposées par la Wallonie et notamment la langue.
Bien que les indications au bas de la carte soient en quatre langues : français, flamand, anglais et allemand, le français était imposé comme langue officielle. Ainsi sur cette photo toutes les inscriptions sont en français, y compris les moins lisibles : Fabrique de maroquinerie, Léon Vanderplancke et Lettres sur le volet de la boîte.

Remouleur a Anvers

Le rémouleur travaillait avec des enfants, les siens peut-être. Était-ce habituel ou seulement pendant les vacances scolaires ? Allaient-ils encore à l’école ? Autant de questions. Ce qui est connu, c’est que ces enfants, que l’on appelait des mousses en Lorraine, partaient dans le quartier recueillir auprès des particuliers ou des commerçants les outils tranchants à repasser pendant que le rémouleur travaillait en place. Leur rayon d’action pouvait être parfois très important, doublé ici puisqu’ils sont deux.
Le banc, de type brouette, est caractéristique des Flandres, on le retrouve d’ailleurs dans le nord de la France.
Saluons les qualités de cette photo : cadrage, mise au point, mise en scène car il s’agit bien de cela ici. Mais en même temps, quelle vérité dans les visages qui ne reflètent pas la joie de vivre ! Chacun des jeunes arbore des outils à repasser : rasoirs, couteaux de boucher, ciseaux. Enfin, le personnage d’arrière plan n’est pas qu’un simple passant, il participe, lui aussi, à la mise en scène. Honneur donc au photographe !
Curieusement, on retrouve le même style sur une autre carte-photo (lien direct) que nous avons publiée précédemment et qui fût, elle aussi, envoyée de Anvers !

Pâques et amolador…

27 mars 2013

Joyeuse-Pâques-2013

Philogène Gagne-Petit a détourné une chromo portugaise ancienne, support de publicité pour… une marque de Porto ! On peut voir cette chromo dans la galerie qui se trouve dans la colonne de droite.


Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 28 autres abonnés