Margery Cohen, rémouleur(e) à Manhattan

12 avril 2014

C’est une lectrice assidue du blog Les rémouleurs, grande voyageuse autour du monde, qui a rencontré il y a quelques mois Margery Cohen, une femme américaine qui, chaque mercredi et samedi, affûte les couteaux dans le hall du Chelsea Market, quartier de Manhattan à New York City.
Très sympathique, Margery s’est laissée photographier sans insistance et a même fait un signe de sympathie pour Philogène Gagne-Petit. Elle était très occupée car elle a beaucoup de clients, particuliers et professionnels.
Voila plus de dix ans qu’elle occupe cet emplacement. Auparavant, c’est dans le commerce du poisson qu’elle exerçait et c’est là qu’elle a compris la nécessité de couteaux bien aiguisés. Après un passage par la restauration, elle s’est installée rémouleur(e) à Manhattan.
Elle n’utilise pas de meule rotative car elle a été formée par un menuisier japonais. Au pays du soleil levant on aiguise à la pierre et c’est ainsi que Margery procède à son stand de Manhattan. Elle utilise une pierre garnie de poussière de diamant et dispose d’une alimentation en eau. Cela est beaucoup moins dangereux pour les lames, dit elle, qui peuvent être endommagées par une meule tournante…
Chacun son point de vue mais elle n’a pas entièrement tort !

- Le blog de Margery : Samourai Sharpening Service (lien direct).
- Photo © Juliane Amblès, 2014. 

Margery Cohen remouleuse à New York

Un rémouleur devant le château de Windsor (GB)

4 avril 2014

Résidence officielle des rois et reines d’Angleterre depuis bientôt un millénaire, le château de Windsor accueille actuellement et jusqu’au 5 mai une exposition des aquarelles des frères Sandby, Paul et Thomas. Vivant au XVIIIe siècle, Thomas était architecte tandis que Paul s’est fait une réputation en tant qu’aquarelliste. C’est d’ailleurs à Paul que l’on doit la majeure partie des œuvres exposées. Celles-ci sont d’une telle qualité qu’on lui a attribué le titre de "père de l’aquarelle anglaise". En regardant ces peintures aujourd’hui, on se projette deux siècles en arrière dans ce qu’était la vie du château et de son domaine.

Château de Windsor La Porte Henri VIII avec sa garde son public et ses travailleurs Paul Sandby

Comme dans toute communauté, il y avait à cette époque des rémouleurs. En voici un, devant l’une des portes du domaine, la Porte Henry VIII. On retrouve là un banc brouette caractéristique de cette période anglaise. La scène est très vivante, tandis que le rémouleur fume la pipe, les étincelles jaillissent. Un broc est accroché sur l’un des bras de la brouette. Ce qui crée la vie dans ces aquarelles, c’est la multitude de personnages de rangs différents : nobles, gardes, marchands, gens du petit peuple comme ce ramoneur et son tout jeune aide qui observent notre rémouleur, fascinés sans doute par la mécanique, le feu, le bruit de l’acier sur la meule…
Hélas, peu d’entre nous pourront se rendre à Londres pour cette exposition. Les organisateurs y ont pensé : on peut quand même admirer les aquarelles et revivre l’ambiance du château de Windsor grâce à Internet. Un site a été créé et une application pour iPhone et iPad est disponible gratuitement. C’est en anglais mais cela ne présente pas d’obstacle majeur : à consommer sans modération, c’est remarquablement conçu.
Bon voyage au château de Windsor !

Rémouleur Chateau de Windsor RU

- Le site : CAPTURING THE CASTLE (lien direct).
- On peut consulter les aquarelles et les télécharger en grand format.
- Un lien permet de télécharger l’application pour iPhone et iPad.

Festival de roues : de scharensliep, Pays-Bas.

29 mars 2014

Depuis que la photo existe, c’est-à-dire 1839 officiellement, il y a toujours eu de bons photographes, des gens qui savent saisir l’instant décisif (*). Comme celui qui, aux Pays-Bas au début du XXe siècle, a fixé sur une plaque photographique cette rencontre entre une nourrice et un rémouleur. Quelle élégance et quelle légèreté pour ce landau à côté du banc énorme, robuste, lourd, du repasseur. Et cette grande roue d’énergie qui en impose ! Au milieu, presque fragile, il y’a l’enfant que le rémouleur a fait monter sur son métier, c’est sur lui que sont dirigés les regards, y compris semble-t-il, celui du nourrisson qui est dans le landau. Une belle scène de rencontre, de vie, de relations humaines.
Non, le rémouleur n’était pas toujours un coureur de jupons. De par son métier, c’était un homme de rencontres, c’est cela qui lui valait l’estime de la population.

Pays Bas Remouleur Vers 1920

(*) – Référence à Henri Cartier Bresson dont l’œuvre photographique fait l’objet d’une rétrospective au Centre Pompidou à Paris jusqu’au 9 juin 2014.
- Scharensliep : rémouleur en néerlandais.

Les rémouleurs, ce blog : six ans, déjà…

24 mars 2014

Il y a six ans jour pour jour, le 24 mars 2008, paraissait le premier article de ce blog.
Le démarrage fût un peu laborieux. Pourtant, un jour de l’été de la même année enregistrait le record de visites : 203. Cependant la moyenne quotidienne restait très basse. Doucement, après quelques années, elle s’est établie à une soixantaine de pages vues. Aujourd’hui, on est autour de 70 avec des pics jusqu’à 120. Ah ! On est loin de certains blogs généralistes, ou d’autres sur des thèmes populaires, qui attirent plusieurs dizaines de milliers de visiteurs aux premières heures de l’aube… certes.
Avec ce blog les rémouleurs, ce qui fait la différence, c’est l’audience internationale. Oui, car s’ils ne sont pas nombreux chaque jour, les visiteurs viennent de plus de 116 pays du monde entier !  Et cela est extraordinaire. Bien sûr, ce sont les francophones les plus assidus mais avec les possibilités de traduction qu’offre aujourd’hui Internet, un visiteur d’une petite île de l’Asie du sud-est peut lire nos articles. Enfin, contrairement aux sites généralistes et dans le vent il y a très peu de sites focalisés sur les rémouleurs dans le monde. Internet permet une véritable mondialisation des connaissances.

2014 03 23 6 ans blog Joyeux lurons italiens

Philogène Gagne-Petit est très touché de cette audience et s’en réjouit. En ce jour anniversaire, il offre à ses lecteurs la photo d’une statuette d’origine italienne en cire colorée qui figure en bonne place dans son bureau. Avec ses rémouleurs sympathiques, ce banc de rémoulage est sans doute né de l’imagination de l’artiste qui a conçu cette statuette, bien que… On sait les rémouleurs débrouillards et imaginatifs, ce blog les honore régulièrement.
Alors Philogène, on repart pour six ans ?
- Sur la plaque dorée en partie basse est inscrit "Jessica collection"
- La statuette mesure 24cm de long, 22cm de haut et 15cm de large.
- Acquisition en Italie il y a quelques années mais d’origine inconnue.
- Pour voir le premier article paru : un rémouleur mexicain, cliquer 
ICI.

Reunan, rémouleur d’aujourd’hui

21 mars 2014

On rencontre de plus en plus de rémouleurs aujourd’hui en France et certains journalistes ne devraient plus titrer "Le dernier rémouleur". Car oui, des jeunes reprennent le flambeau, bien formés, bien équipés et cela assurément beaucoup mieux qu’autrefois. Par le passé, de pauvres bougres habitant des régions défavorisées (la Meuse par exemple) quittaient leur village pour des horizons lointains, essentiellement pour nourrir leur famille, bien modestement d’ailleurs.
Voici l’exemple d’un jeune rémouleur dont le quotidien LA DÉPÊCHE DU MIDI a rendu compte récemment d’une façon assez précise.

knife grinder, remouleur, afilador, scherenschleifer, arrotino, amolador, scharensliep, tocilar, messerschleifer, köszörűs, bileyici, szlifierz, brusar, vinkelsliper, kvarn, точильный камень,

- Cliquer sur l’image pour l’ouvrir en grand format.
– Merci à Bernard LEPOUTRE pour l’information.

La libido du rémouleur, fantasme ou réalité ?

14 mars 2014

Recherche instinctive du plaisir et surtout du plaisir sexuel, telle est la définition courante du mot libido. En psychanalyse, Freud l’élargit en Énergie psychique sous-tendant les pulsions de vie, et spécialement les pulsions sexuelles.
Ceci étant posé, est-ce que les rémouleurs, dans leur ensemble, étaient des êtres libidineux, c’est-à-dire recherchant constamment et sans pudeur des satisfactions sexuelles ?
Nous ne connaissons pas d’anecdotes qui abonderaient dans ce sens. Par contre, les chants populaires nous donnent quelques pistes.

knife grinder, remouleur, afilador, scherenschleifer, arrotino, amolador, scharensliep, tocilar, messerschleifer, köszörűs, bileyici, szlifierz, brusar, vinkelsliper, kvarn, точильный камень,

Par exemple, cette chanson d’Alsace dont on peut traduire le titre par Arrive un rémouleur chez nous. L’illustrateur, Tanconville, nous met d’emblée dans l’ambiance : des regards sont échangés entre le rémouleur, un homme jeune, et l’une des jeunes femmes occupées à la lessive. Les paroles du premier couplet sont traduites ainsi :

Arrive un jour un repasseur,
Repassant bien mal les couteaux,

Féléteri et félétéra
Repassant bien mal les couteaux
Fidi, fidi, rélele, riolélé !
Il repass’ couteaux, ciseaux !

On enchaîne ensuite sur le deuxième couplet :

Aux demoiselles ça s’ra pour rien !
Et j’y mettrai tout mon talent,
Féléteri et félétéra !

Après une plainte du rémouleur sur sa femme, le chant se termine par :

Ah ! Repasseur, repass’ toujours !
Les belles filles ne manquent pas !
Féléteri et…

knife grinder, remouleur, afilador, scherenschleifer, arrotino, amolador, scharensliep, tocilar, messerschleifer, köszörűs, bileyici, szlifierz, brusar, vinkelsliper, kvarn, точильный камень,

Dans l’Anthologie du chant scolaire datant de 1926, fascicule sur l’Alsace, un autre chant intitulé Le gagne-petit, fait dire à celui-ci :

Vois-tu, ma femme est trop paresseuse,
Et je n’ai pas de beaux habits.
Je cherche au loin figures joyeuses,
J’entends là-bas assez de cris…

… Le rémouleur est toujours en quête
De bon vin chaud, de cœurs aimants…

Voila des paroles qui feraient aujourd’hui grincer les dents de certains parents d’élèves et, pourquoi pas, être à l’origine d’une grève parentale des cours ?
Comme très souvent, les chants populaires se lisent à plusieurs degrés…
––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
- Les définitions sont du Petit-Robert 1, édition de 1990.
- En savoir plus sur TANCONVILLE (1845-1936). Lien direct.
- Merci à Jean-Marie HUMMEL et à André WINLING pour leur aide précieuse.

Humour : un rémouleur dans l’embarras !

7 mars 2014

On peut demander beaucoup de choses à un rémouleur, certes ! Mais satisfaire un client qui ne demande pas qu’on lui repasse quelques couteaux, non, mais plutôt qu’on lui aiguise l’appétît…
C’est ce que, de sa fenêtre, souhaite ce monsieur qui a sans doute des problèmes de santé, en particulier du côté de l’estomac…
Diable, que répondre ? Que faire ? Monsieur SULFIL, rémouleur, est dans l’embarras…

Aiguiser l apppetit

- Le dessin est signé NAY. La date de création comme le support de la publication sont inconnus.

Alex Ribis, coutelier, sur le marché de Tours

27 février 2014

C’est grâce à un négatif grand format sur plaque photographique que Philogène Gagne-Petit a pu identifier le rémouleur qui travaille sur le marché de Tours, il s’agit de Alex RIBIS.
La plaque apposée en haut du banc indique : ALEX RIBIS – CoutelierillisibleToutes réparations – Vente.
Restait ensuite à déterminer à quel moment cette photo a été prise. Un indice nous permet de situer la période, celle pendant laquelle presque tous les véhicules roulaient au gazogène, à savoir la deuxième guerre mondiale 1939-1945. C’est le cas de celui qui est garé derrière le banc de Alex RIBIS.
En fait, on se demande si ce n’est pas lui le propriétaire. En effet, le banc paraît très lourd, suspendu par des ressorts à lames, avec des roues à pneus gonflables (vérifié sur la photo très agrandie). Alors, ce banc est-il déplacé à la force des bras ou tracté par un véhicule à moteur ? Dans ce dernier cas il aurait une plaque d’immatriculation… Quoique, pendant la guerre…

Marché de Tours

Par ailleurs, sur le détail ci-dessous (en partie éclairci pour une meilleure lisibilité) le mécanisme que l’on aperçoit semble lui aussi assez lourd. Est-il commandé par une ou deux pédales ? Est-il motorisé ?
Alex RIBIS, qui travaille assis, a la main gauche posée sur la roue d’énergie, pour la lancer ou la freiner. Enfin on perçoit son visage surmonté d’une casquette.
À noter qu’une bâche est relevée vers le haut de l’habitacle. Lorsque le travail est terminé, elle est rabattue, protégeant ainsi de regards curieux, idem de l’autre côté.
Visibles seulement à grande échelle, dans la zone d’ombre, deux scies à bois sont posées au sol, appuyées sur l’intérieur de la roue de gauche.
Alex RIBIS, coutelier, avait donc plusieurs cordes à son arc !

Marché de Tours Detail

Inapte à un travail suivi : tu seras rémouleur !

14 février 2014

Le rémouleur, c’est le titre d’une histoire imprégnée de morale chrétienne qui est racontée dans le journal La semaine des familles du samedi 20 août 1873.
Jérôme, le héros, jeune orphelin de père et de mère, est recueilli par un généreux abbé. Il part à Paris à la recherche d’un oncle qui a réussi. Après maintes péripéties, d’oncle riche il ne retrouve point. Alors qu’il est adulte, quelque peu instable, il retrouve l’abbé qui constate que Jérôme est inapte à un travail suivi et donc l’encourage dans son désir de devenir rémouleur : plus belle la vie ! Jérôme le rémouleur adopte ensuite un enfant puis un chien et les voila partis tous trois sur les routes de France.

Rém Semaine des familles 1873

L’histoire est illustrée par cette belle gravure réalisée probablement sur commande. Dans un paysage quelque peu désolé au loin duquel monte la fumée d’un feu de bûcherons, on aperçoit quelques silhouettes de maisons et même un clocher. Jérôme le rémouleur et ses deux compagnons sont bien présents, tous au travail pour faire avancer le banc d’affûtage sur un chemin irrégulier. Un banc de type brouette assez étonnant comme on pouvait sans doute en voir fréquemment à cette époque de la deuxième moitié du XIXe siècle.
Remarquons encore une sorte de baluchon posé juste derrière la roue de la brouette, s’agit-il de quelques outils ou bien des effets personnels de Jérôme et de l’enfant ?
Plus belle ou plus dure la vie ?
- En bas de la gravure apparaît un nom : DELANGLE.
– Dans le coin en bas à droite, deux initiales : GR.
– Dimensions de la gravure : 13,5cm x 9,5cm
- Format du journal : largeur : 19,5cm – Hauteur : 29cm.

Le Rémouleur : Allegro Vivace !

8 février 2014

C’est au cours de la deuxième moitié du XIXe siècle que Adolphe DAVID (1842-1897) composa cette Pièce Caractéristique dédiée à l’une de ses élèves… On n’en connaît pas la date exacte même si l’on a le numéro d’opus (43). Il semble que ce compositeur fut apprécié en son temps par les pianistes, c’est pour eux qu’il composa le plus si l’on en juge par le nombre de partitions éditées de son vivant.
C’est justement la couverture de l’une de ces partitions, celle de Le Rémouleur, éditée par Henry Lemoine à Paris, qui nous intéresse aujourd’hui.
Le dessin est l’œuvre de E. Buval, un illustrateur dont le nom apparaît sur bon nombre  de partitions musicales. Peut-être était-il attaché à l’éditeur Lemoine ?

DAVID-Adolphe-Le-rémouleur-Piano

E. Buval campe ici un rémouleur avec beaucoup de vérité. On découvre un banc de conception assez particulière, rare aussi. Mais tout y est : les bras et la roue de brouette pour le déplacement, la pédale, la bielle, l’excentrique et la roue d’énergie, celle-ci de grand diamètre et haut perchée. Ce grand volant entraîne par courroie l’axe de la meule qui doit tourner à grande vitesse. L’attitude du rémouleur est bonne et l’homme travaille dans une ville qui pourrait être située, d’après l’architecture, dans le nord de la France, du côté des Flandres.
C’est en tout cas un banc étonnant, d’un modèle encore jamais vu par Philogène Gagne-Petit !
La partition musicale commence par un Allegro Vivace. Forcément, le rémouleur n’a jamais été un mou…
Comme quoi musique et rémouleur peuvent faire bon ménage.

Marius, le rémouleur du Tout-Paris !

31 janvier 2014

C’est en consultant le blog de Shelly Parisienne "Paris, Maman et Moi" que Philogène Gagne-Petit a découvert, il y a quelques jours, l’existence dans la capitale d’un rémouleur contemporain particulièrement branché, portant le doux prénom de Marius. Deux syllabes qui flairent plutôt l’air de la Canebière que celui des Grands Boulevards…
Installé dans son vieux taxi anglais reluisant, il sillonne les rues de la capitale et des communes alentour, le look de sa moderne charrette attire les regards, on ne peut pas le manquer !
Ajoutez à cela un site Internet bien présenté et complet avec photos et vidéos, Marius a tout d’un homme d’affaires. Outre des particuliers, il a parmi ses clients de grands chefs et de grands restaurants, presque le Tout-Paris quoi.
Marius, l’Affûteur ambulant de Paris, vaut le détour ! C’est un bel exemple d’adaptation d’un métier ancien au monde d’aujourd’hui.

Marius remouleur a Paris

- Photo : Shelly Parisienne, publiée avec son aimable autorisation. Merci à elle.
- Le blog de Shelly Parisienne "Paris, Maman et Moi" (lien direct).

Le site de Marius (lien direct).

Le rémouleur d’Adèle

24 janvier 2014

Dans un environnement ou fourmillent les rémouleurs (dessins, photos, santons, statuettes, livres, gravures…), Adèle, l’une des petites filles de Philogène Gagne-Petit, dessinatrice à l’imagination fertile et adepte du découpage-collage, prit un jour la décision de s’exprimer sur le sujet. Elle avait alors entre trois et quatre ans.
Et voila le résultat !

Le rémouleur d Adèle

Notes :
- Le découpage a été scanné sur un fond blanc.
- Pour avoir une idée des dimensions de " l’œuvre ", sachez que la hauteur du personnage est de 21 cm.

Azerbaïdjan, début du XXe siècle

17 janvier 2014

Autrefois partie intégrante de l’URSS, l’Azerbaïdjan est aujourd’hui un pays indépendant, membre de nombreuses organisations internationales. À vol d’oiseau, le pays se situe à tout juste 500km au sud-est de Sotchi, la ville qui accueillera en février prochain les jeux olympiques d’hiver.
Bakou est la capitale de l’Azerbaïdjan dont la géographie présente moitié de plaines, moitié de relief avec plusieurs sommets, l’un d’eux culminant à 4466m. À noter à l’est du pays un littoral de plus de 700 km sur la Mer Caspienne, une mer fermée.

Bakou Azerbïdjan vers 1920

Cette belle photo datant du début du XXe siècle, non posée donc très naturelle, nous ouvre les yeux sur un marché de Bakou à proximité duquel se tiennent les rémouleurs. Les métiers de ces artisans sont assez semblables à ceux que l’on rencontre au Moyen-Orient, ils n’ont rien à voir avec les bancs de la Russie centrale (voir notamment cet article de juin 2010).

Knife grinder et humour british

11 janvier 2014

Un rémouleur peut-il rendre la viande plus tendre ?
Ce dessin humoristique fut publié le 16 mai 1894 dans le journal anglais "The sketch" à la page 143.
Un rémouleur stationne devant une résidence aux fenêtres fleuries. L’employée de maison sort et lui demande d’affûter des couteaux en ces termes :
" Oh ! s’il vous plaît, mon Maître vous demande de bien les aiguiser, parce que nous avons trouvé un poulet pour le repas et Monsieur ne peut pas le manger s’il est  trop dur "

The Sketch Newspaper of 1894

Le dessin est signé en bas à droite Phil MAY / 94. Format de la page 25 x 35 cm environ.

Les rémouleurs : le blog lu dans 116 pays !

2 janvier 2014

WordPress, qui héberge ce blog, vient de publier les statistiques annuelles.
Philogène Gagne-Petit a de quoi être satisfait. Voici quelques extraits :

- Le blog a été lu dans 116 pays en 2 ans dont 76 en 2013 :

Couverutee en 2012-2013

- Le blog a été vu 16.000 fois en 2013…

Quelques chiffres

Et maintenant, en route pour 2014 !
- Images extraites des statistiques de WordPress. Merci à notre hébergeur.

Les vœux de Philogène Gagne-Petit

30 décembre 2013

Papier découpé Vœux 2014

C’est avec cette carte éditée par Müller à Düsseldorf en Allemagne que Philogène Gagne Petit vous présente ses meilleurs vœux pour l’année 2014.
La légende précise : silhouettes du siècle dernier. Il s’agit en fait du XIXe siècle, la carte ayant été envoyée dans les années 50.

À Bourges : Boyer coutelier depuis 1840

6 septembre 2013

Comme l’an passé à la même période, Philogène Gagne-Petit (PGP) était attelé à d’autres tâches pendant l’été. L’automne approchant, PGP est de retour : ses articles reprennent donc régulièrement.

Il propose aujourd’hui une photo ancienne : la boutique du coutelier BOYER à Cosne-Cours-sur-Loire en 1900.
Fondée en 1840 par Jean, cette lignée perdure encore aujourd’hui. En 2002, un descendant de la 6e génération a ouvert à Bourges le magasin LE PETIT RÉMOULEUR. La société entretient mais aussi crée et fabrique des couteaux, notamment le couteau du Berry en chêne de Tronçais.
Un site présente l’entreprise, ses produits et son histoire depuis 1840. Passionnant !

Cliquer sur la photo pour rejoindre le site Le petit rémouleur.

Australie – Melbourne – 1930

14 mai 2013

THE ARGUS était un journal australien de Melbourne, au format tabloïd, dans les années 20 et 30 du XXe siècle.
C’est dans le supplément photo du samedi 1er novembre 1930 qu’est publié ce cliché d’un rémouleur australien.

1930 Rémouleur en Australie Journal

À priori, l’homme a du travail : ciseaux, couteaux. Il semble qu’il travaille à sec, on ne voit pas de réservoir pour l’eau. On distingue plusieurs meules dont celle de droite paraît être une meule de finition. Enfin, il travaille assis. On ne voit pas vraiment le mécanisme, ni la/les pédale(s), juste une poulie avec des rayons.
L’angle de prise de vue choisi par le photographe est original, ce qui nous permet de bien voir l’axe des meules et, surtout, la position d’affûtage.
Le texte sous la photo : CISEAUX À REPASSER
« Les couteaux et les ciseaux aux lames émoussées vont retrouver des arêtes de coupe vives de la main experte de cet artisan pittoresque, dont la meule tourne activement dans les rues du Sud de Melbourne. »
- Dimensions – de la page : 31 x 46 cm – de la photo : 25 x 32 cm.

1850 – Le rémouleur vu par les frères Pauquet

7 mai 2013

On ne sait pas lequel des deux frères Pauquet a signé ce croquis, pris sur le vif, d’un rémouleur dans une rue de Paris vers 1850. Leurs styles de dessin étaient tellement en harmonie que l’on a du mal à distinguer l’œuvre de l’un ou de l’autre. Hippolyte, l’aîné et son cadet Polydor étaient nés vers 1800. Travaillant ensemble, ils fondèrent la maison d’édition PAUQUET FRÈRES dont la production artistique fut abondante. Aucun domaine ne leur était étranger, outre les petits métiers de Paris, ils s’intérèssèrent à la mode, aux costumes, à la danse, aux portraits de figures illustres, aux paysages…

Pauquet-Rémouleur-1.jpg

La gravure ci-dessus est intéressante, elle nous fait découvrir un banc de rémouleur d’un type assez rare que nous qualifierons de banc-buffet. Notons que le rémouleur lui-même est bien défini, en particulier le visage qui est assez expressif. Comme très souvent, on ne sait pas lequel des deux frères a signé cette gravure : Hippolyte ou Polydor ? Qu’importe, ils ont immortalisé une figure que l’on aime.

Afilador sur le chemin de Saint-Jacques…

30 avril 2013

Afilador village de Obirgo Espagne 4

Saisies en 2007, voici deux belles photos d’un afilador (rémouleur en espagnol) arpentant les rues ensoleillées du village de OBIRGO, à l’ouest de l’Espagne, entre les villes de Leon et Astorga, sur le chemin de Saint-Jacques de Compostelle.
Certes il n’est pas en plein travail mais on voit bien le dispositif adapté sur sa bicyclette : une poulie fixée sur la roue arrière, une barre métallique fixée verticalement sur le cadre et à son extrémité supérieure les meules sur un axe, une courroie (ici débrayée) destinée à la transmission du mouvement, enfin le chevalet (là relevé) qui permet de soulever la roue arrière pour qu’elle tourne dans le vide.
L’homme n’est pas tout jeune. A-t-il fait ce travail toute sa vie ? Ou bien, signe des temps européens, s’est-il mis à cette tâche pour s’en sortir eu égard à la situation actuelle du pays ? Allez savoir…
Merci à Serge, auteur de ces belles photos, fidèle du Chemin de Saint-Jacques qu’il parcourt habituellement en VTT. Merci également à Irène qui a créé le lien entre Serge et Philogène Gagne-Petit.
Et vous, cher(e) lecteur(trice), vous pouvez aussi nous soumettre une photo de rémouleur, elle sera vue dans le monde entier…
- Note : la photo du haut peut être agrandie en cliquant dessus.
- Photos © Serge Fichant. Droits réservés. Creative Commons Paternité.

Afilador village de Obirgo Espagne

À la lettre "R" de l’alphabet mignon

21 avril 2013

L’alphabet mignon était très en vogue au XIXe siècle.
En fait, il s’agissait d’un alphabet pour les enfants. Dans certains milieux on disait plutôt mignon qu’enfant, d’où l’usage de ce mot aux sens divers pour qualifier les alphabets.
Le plus souvent, ces ouvrages dépassaient le cadre du simple alphabet, c’étaient en fait des livres d’apprentissage de la lecture.
Pour rendre ces manuels plus attrayants, les éditeurs y introduisaient des illustrations, en général une par lettre. Au début, les illustrations étaient de simples gravures en noir et blanc de petit format puis, les techniques d’impression évoluant, les images se firent plus grandes et s’enrichirent de couleurs.
C’est la page d’un alphabet mignon qui figure ci-dessous. La gravure est en noir et blanc réhaussée de couleurs. Tous les alphabets n’étaient pas de cette qualité et celui qui contenait cette page devait être assez luxueux.
Compte-tenu de la qualité de l’illustration et de l’impression, on peut situer l’ouvrage autour de 1900.

- Format de la page : 12,5 x 19 cm.

Alphabet mignon remouleur
-

Rémouleur – Anvers – Début du XXe siècle

7 avril 2013

Belle carte postale qui précise bien que la photo a été prise à Anvers en Belgique. On peut la dater, mais sans certitude, vers les années 20.
À cette époque, la Flandre obéissait encore aux lois imposées par la Wallonie et notamment la langue.
Bien que les indications au bas de la carte soient en quatre langues : français, flamand, anglais et allemand, le français était imposé comme langue officielle. Ainsi sur cette photo toutes les inscriptions sont en français, y compris les moins lisibles : Fabrique de maroquinerie, Léon Vanderplancke et Lettres sur le volet de la boîte.

Remouleur a Anvers

Le rémouleur travaillait avec des enfants, les siens peut-être. Était-ce habituel ou seulement pendant les vacances scolaires ? Allaient-ils encore à l’école ? Autant de questions. Ce qui est connu, c’est que ces enfants, que l’on appelait des mousses en Lorraine, partaient dans le quartier recueillir auprès des particuliers ou des commerçants les outils tranchants à repasser pendant que le rémouleur travaillait en place. Leur rayon d’action pouvait être parfois très important, doublé ici puisqu’ils sont deux.
Le banc, de type brouette, est caractéristique des Flandres, on le retrouve d’ailleurs dans le nord de la France.
Saluons les qualités de cette photo : cadrage, mise au point, mise en scène car il s’agit bien de cela ici. Mais en même temps, quelle vérité dans les visages qui ne reflètent pas la joie de vivre ! Chacun des jeunes arbore des outils à repasser : rasoirs, couteaux de boucher, ciseaux. Enfin, le personnage d’arrière plan n’est pas qu’un simple passant, il participe, lui aussi, à la mise en scène. Honneur donc au photographe !
Curieusement, on retrouve le même style sur une autre carte-photo (lien direct) que nous avons publiée précédemment et qui fût, elle aussi, envoyée de Anvers !

Pâques et amolador…

27 mars 2013

Joyeuse-Pâques-2013

Philogène Gagne-Petit a détourné une chromo portugaise ancienne, support de publicité pour… une marque de Porto ! On peut voir cette chromo dans la galerie qui se trouve dans la colonne de droite.

Rémouleur à Lyon – 1900

24 mars 2013

Lyon, la capitale des Gaules, est connue pour ses traboules, ces couloirs et escaliers intérieurs dans les immeubles anciens, qui permettent de descendre du haut de la colline jusqu’en bas sans emprunter les rues. Dans le vieux Lyon (5e arrondissement), la rue du Bœuf, que l’on aperçoit au fond du couloir, fut tracée au IIIe siècle. C’est au XVIe, lorsque fut sculptée une statue de bœuf située dans une niche en hauteur, que la rue fut baptisée de son nom actuel. La photo a été prise au début du XXe siècle de la cour de l’immeuble du N° 16 dans lequel a été édifiée la Tour Rose à la Renaissance. Aujourd’hui, cette tour voit passer de nombreux touristes.

Rémouleur-à-Lyon

En 1900, le rémouleur qui travaillait au milieu des tonneaux pouvait-il imaginer que cent ans plus tard cette cour deviendrait un coquet jardin d’agrément ? Que tout près de là serait aménagé un hôtel cinq étoiles avec restaurant ad-hoc ?
Non, penché sur son simple banc, l’homme se demandait s’il aurait assez de pièces à la fin de la journée pour nourrir sa famille le lendemain et, pourquoi pas ? aller boire un ou deux verres à l’estaminet du coin…
Son banc : deux montants assemblés par deux traverses, l’une en haut et l’autre en bas. Au milieu, actionnée par une manivelle, une meule sur un axe tournant dans deux paliers. C’est tout.
Sans doute, était-ce un banc transportable malgré son poids, adapté à la configuration du quartier.
Ce type de banc était assez rare mais on le retrouvait dans toutes les régions de France. En général, il était plutôt installé comme banc fixe, dans une cour de ferme par exemple.

Remouleur a Lyon Detail

- Des éléments de cet article ont été empruntés à Wikipedia.
- Le Vieux Lyon est inscrit au Patrimoine Mondial de l’Humanité.
- Cliquer ICI pour voir l’état de la Tour rose aujourd’hui.

Hongrie – Budapest – 1958

12 mars 2013

Cette belle photo a été publiée le mardi 9 mars 1958 dans un quotidien anglais dont nous n’avons hélas pas le titre. Rappelons qu’à cette date, période de la "guerre froide", la Hongrie était encore dans le bloc des pays de l’Est. Eisenhower présidait les États-Unis et Kroutchev l’URSS. Deux ans avant, en 1956, un soulèvement hongrois avait été durement réprimé avec l’aide de l’URSS.
La légende de la photo est courte :
RÉMOULEUR : un spectacle familier dans les rues de Budapest, Hongrie, est le rémouleur itinérant. Le rémouleur utilise l’énergie du pied lorsqu’il aiguise un couteau.
Qui a vécu ces longues années de guerre froide entre l’Est et l’Ouest se souvient, du moins chez nous, de la propagande anti communiste. De l’autre côté, ça ne perdait pas au change… Et peut-être que cette légende toute simple renvoyait le lecteur occidental à un certain archaïsme qui se perpétuait à l’Est, allez savoir…
65 ans après, chez nous en France et en Hongrie comme dans toute l’Europe probablement, des rémouleurs à l’ancienne sillonnent encore les routes du vieux continent en crise.

knife grinder, remouleur, afilador, scherenschleifer, arrotino, amolador, scharensliep, tocilar, messerschleifer, köszörűs, bileyici, szlifierz, brusar, vinkelsliper, kvarn, точильный камень,

Sur cette photo donc, une belle scène de travail sur un banc caractéristique de l’Europe Centrale. Remarquer la commande de la roue d’énergie qui utilise un renvoi afin de rendre la course de la pédale moins ample et qui permet aussi un effort plus faible du pied. Le rémouleur est chaussé de bottes qui lui maintiennent bien les chevilles. Contrairement aux autres personnages, l’homme est légèrement vêtu, bras nus. Lui comme les autres hommes arbore un chapeau… Enfin, derrière le banc, au niveau du plan de travail, on aperçoit une rangée de livres, derrière celle-ci un parasol et une femme qui semble attendre. Est-ce notre homme qui vend sa bibliothèque pour (sur)vivre ?
Quel grand photographe a dit : "Une photo n’est jamais neutre" ?
- Un rémouleur hongrois (köszörűs) aujourd’hui dans sa boutique-atelier, pour voir cette vidéo de 10mn (en langue hongroise) cliquer ICI.
- Cliquer sur l’image pour voir le détail de la commande de la roue d’énergie.

Pascal Pierre à Dinan

8 février 2013

Marie-Louise, notre correspondante dans les Côtes d’Armor, nous a fait parvenir une coupure de presse du journal Le petit Bleu, édition du 17 janvier 2013. C’est un bon papier, pour employer un terme du milieu journalistique, avec une belle photo.

http://remouleurs.files.wordpress.com/2013/02/pierre-davranches-acc80-dinan.jpg

Pascal Pierre, d’Avranches, est connu dans l’Ouest, également sur notre blog et bien évidemment sur Internet.
C’est un article assez complet et qui a la particularité, rare dans le genre, de présenter le rémouleur et son client.
Les seuls reproches que l’on pourrait adresser à l’auteur, c’est de ne pas préciser que Pierre est le dernier rémouleur de Bretagne à l’ancienne. Enfin, affirmer qu’au début du XXe siècle en Europe le métier de rémouleur était une spécialité des Yéniches nous semble toujours exagéré… Mais bon, un site le laisse à penser à ses lecteurs : c’est ignorer les nombreux documents, écrits ou iconographiques, qui fourmillent dans les bibliothèques ou aujourd’hui sur le Net. Les rémouleurs européens de l’époque, Yéniches ou autres, étaient essentiellement des gens pauvres qui avaient trouvé dans ce travail une source de revenus pour nourrir modestement leur famille. Voir à ce propos le livre AU PAYS DES ÉMOULEURS de Henri Amblès
On a déjà présenté sur ce blog des nouveaux rémouleurs qui sillonnent maintenant la Bretagne et les autres régions françaises avec un fourgon et des machines modernes (CF Catégorie actualité).
Néanmoins, il faut lire cet intéressant reportage sur la rencontre de Pascal Pierre et de son client, restaurateur à Dinan. Et compliments à son rédacteur Marc BONNEAU.

- Merci à Marie-Louise dont c’est la deuxième contribution à notre blog, voir ICI.
- Pour lire l’article, cliquer sur l’image.

1928 – Manufrance honore les rémouleurs

16 janvier 2013

Occupé sur d’autres terrains qui l’ont tenu loin des meules pendant plusieurs mois, Philogène Gagne-Petit revient à sa chronique régulière des rémouleurs.

On ne présente plus Manufrance. Fondée en 1885, la Manufacture d’Armes et Cycles de Saint-Étienne fut la première société de vente par correspondance française. Pour les détails, consulter Wikipédia (lien direct).
Chaque année, Manufrance publiait un catalogue qui, la consommation augmentant au fil des années, devint un vrai dictionnaire. On y trouvait de tout : fusils, bicyclettes, outillage, couteaux et bien d’autres choses encore… Ce catalogue fut pendant longtemps divisé en petits livrets, extraits du lourd original. Une illustration en couleurs ornait la couverture de ces livrets au format 19 x 26 cm.
C’est ainsi qu’en 1928 un rémouleur se retrouva en couverture du livret consacré aux articles de coutellerie, horlogerie, bijouterie ainsi que bronzes et objets d’art.

knife grinder-remouleur-afilador-scherenschleifer-arrotino-amolador-scharensliep-tocilar-messerschleifer-bileyici-szlifierz-brusar-vinkelsliper-kvarn-точильный камень-

On y voit un sympathique rémouleur d’un âge certain, attentif à son travail sur un banc traditionnel. L’eau coule sur la meule et même sur le sol, le chien est assis sagement, la cloche est prête à retentir entre deux affûtages. Et bien sûr, les enfants observent, toujours fascinés par cet artisan qui fait jaillir des étincelles : rencontre de générations dans un décor urbain où la silhouette d’une cathédrale se dessine dans le lointain. Tout cela est bien rassurant !
Cette belle gravure est l’œuvre de G. Ripart, illustrateur, affichiste et aquarelliste français né en 1871.
À l’intérieur du livret de 25 pages aujourd’hui jaunies, parmi des centaines d’articles, une rubrique termine les pages sur les couteaux et les rasoirs : "Affûteurs automatiques et affûteurs à main". La concurrence de notre rémouleur était déjà à l’affût…
D’autres rémouleurs, tout aussi attrayants, apparurent au fil des années sur les couvertures. Nous vous les présenterons par la suite.

– Cliquer sur l’image pour ouvrir l’extrait de page intérieure.

Jacques VISE de passage dans la Meuse

31 août 2012

C’était en juillet dernier, Jacques VISE, rémouleur itinérant traversait le département de la Meuse. Poussant son banc dans les rues de Bussy-la-Côte, commune de Val d’Ornain, il rencontra des curieux mais peu, voire pas du tout de clients !
L’EST RÉPUBLICAIN, journal de l’Est de la France, lui a consacré un bel article. Rendons hommage au journaliste qui, pour une fois, n’a pas titré son papier Le dernier rémouleur
- L’EST RÉPUBLICAIN, édition de Bar-le-Duc,  jeudi 12 juillet 2012.
- Ci-dessous : appel en page 1 – Pour lire l’article complet, cliquer sur la photo.

Amolador en son pays

5 juillet 2012

Chromolithographie française du début du XXe siècle. Il est rare de voir un rémouleur portugais avec un banc d’aiguisage tracté par un âne. Cet amaolador devait faire partie de l’élite…
La composition de l’ensemble est équilibrée, les couleurs sont belles, la qualité de l’impression est  bonne. Merci Liebig !
- La chromo est au format d’une carte postale. 

Au Portugal remouleur

Gangne et Petit

26 juin 2012

Ce dernier dimanche, Philogène Gagne-Petit arpentait les salles du Musée Carnavalet à Paris. Son attention fut attirée par des bandeaux en bois accrochés au mur et sur lesquels sont représentés, à la queue leu leu, les petits métiers de Paris au Moyen-Âge. Et là, agréable surprise : un rémouleur ! Les photos étant autorisées, sans flash ni pied toutefois, Philogène mémorise aussitôt le sujet avec son compact numérique.

Remouleur Musee Carnavalet

Le banc semble lourd et rustique, simple aussi. Le peintre a dû le représenter de mémoire. On peut se demander ce qu’est cette roue, ou poulie, qui semble toucher la roue de déplacement ? L’attitude générale est bonne. Remarquons le chapeau avec un volant à trois branches, il fait penser au rémouleur de David Téniers II (lien direct).
Enfin, comme le titre de cet article la reprend, l’inscription sous le dessin est GANGNE ET PETIT. C’est peut-être là l’origine du mot composé Gagne-Petit.
- Chaque bandeau mesure environ 40cm de hauteur et 3m de long.
- Site du Musée Carnavalet, Histoire de Paris : www.carnavalet.paris.fr

Rémouleur Musée Carnavalet inscription


Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.