Posts Tagged ‘coutellerie’

La belle enseigne d’une coutellerie à Millau

22 mai 2015

Fidèle lectrice de notre blog, Juam de son pseudo, vient de nous transmettre la photo d’une belle enseigne que Philogène ne connaissait pas (mais il ne connait pas tout…).
Comme autrefois, cette enseigne signale une coutellerie dans la vieille ville de Millau, en Aveyron.
Il s’agit de la coutellerie Mercier dont le site nous conte l’histoire en ces termes :
« Il était une fois en Aveyron un artisan, Ferdinand Mercier, qui en 1880 décida de fabriquer des laguioles à Millau, capitale de la ganterie.
Ainsi naquit la maison Mercier, seule fabrication de la ville.
C’est au fil des ans, des générations et des inventions (couteaux à revirer le Roquefort, laguiole de cavalier)…) que l’enseigne gagna ses titres de noblesse.
Aujourd’hui encore, le savoir-faire se perpétue dans le plus grand respect de la tradition ».

Enseigne F Mercier à Millau

On ne sait pas si l’enseigne est ancienne mais elle est bien dans la tradition : fer forgé et tôle d’acier. Tout y est pour évoquer le métier : la meule bien sûr, la lame, le bâti et ses pieds, la pédale, la bielle, l’excentrique, le réservoir d’eau et… le rémouleur. Comme souvent autrefois, son habit est soigné de la tête aux pieds. Outre les couleurs, on remarque la trompette avec laquelle il annonçait son arrivée. Peut-être que dans cette région elle remplaçait la cloche. Pourquoi pas ?
Enfin, le nom du fondateur s’inscrit en dessous.
Le tout est éclairé la nuit par deux spots, un de chaque côté. On voit sur la photo l’arrière de celui de gauche.
L’enseigne charme le regard grâce à sa composition et à ses couleurs, c’est un beau travail et l’artisan qui l’a conçue, ancien ou contemporain, mérite nos compliments.
Philogène est heureux d’avoir découvert cette œuvre d’art populaire !
– Photo © Juam – 2015.
– Le site de la coutellerie F. Mercier : Coutellerie Mercier  (lien direct).

À Bourges : Boyer coutelier depuis 1840

6 septembre 2013

Comme l’an passé à la même période, Philogène Gagne-Petit (PGP) était attelé à d’autres tâches pendant l’été. L’automne approchant, PGP est de retour : ses articles reprennent donc régulièrement.

Il propose aujourd’hui une photo ancienne : la boutique du coutelier BOYER à Cosne-Cours-sur-Loire en 1900.
Fondée en 1840 par Jean, cette lignée perdure encore aujourd’hui. En 2002, un descendant de la 6e génération a ouvert à Bourges le magasin LE PETIT RÉMOULEUR. La société entretient mais aussi crée et fabrique des couteaux, notamment le couteau du Berry en chêne de Tronçais.
Un site présente l’entreprise, ses produits et son histoire depuis 1840. Passionnant !

Cliquer sur la photo pour rejoindre le site Le petit rémouleur.

Japon – Coutellerie

14 mars 2011

En voyage au Japon en 2005, nos pas nous avaient naturellement conduits vers quelques coutelleries. Nous avions pu apprécier alors la diversité ainsi que la qualité de certains produits.
Ces coutelleries étaient en général équipées d’une petite machine à affûter les lames.
Nous n’avions pas, hélas, croisé de rémouleur dans les rues.
Nous espérons que malgré le tremblement de terre historique suivi du tsunami et de l’accident nucléaire, les couteliers et autres métiers de toutes sortes, enfin tous les japonais, pourront continuer à vivre dans un climat apaisé.
Si la nature le veut bien… et si la science n’est pas tombée sur la tête.

Tokyo Coutellerie 2005 © coinderue
– Coutellerie à Tokyo – Mars 2005. Photo © coinderue.
– Cliquer sur la photo pour l’ouvrir en grand format.

Le chien du rémouleur

25 novembre 2010

Notre article L’homme qui passe, publié en mai, a suscité plusieurs réactions. Entre autres, un lecteur nous a envoyé un document quelque peu similaire issu d’un livre français cette fois. Il s’agit de l’ouvrage La coutellerie Nogentaise au XIXe siècle de Philippe Savouret, paru en 1983. L’auteur y présente à la page 105 un dessin intitulé : Mandres – Atelier de coutellerie avec roue mue par un chien. Un atelier comme il y en avait beaucoup autrefois dans les villages du bassin nogentais. Ce dessin d’après une photo, qui n’est pas daté ni signé, pourrait être du début du XXe siècle, voire plus récent.
Il y a cependant une distinction à faire entre le rémouleur de Caen et celui de Mandres : ce dernier, comme son chien, travaille à l’intérieur et son métier n’est pas transportable, loin s’en faut…
Une reproduction de ce dessin figure aussi au Musée de la Coutellerie de Nogent en Haute-Marne.
Ainsi, nous connaissons maintenant au moins deux représentations de chiens actionnant la roue d’énergie pour faciliter le travail d’émoulage de leur maître.

Mandres-(52)-Roue-mue-par-un-chien.jpg

– Merci au lecteur (qui souhaite garder l’anonymat) à l’origine de cet article.
– Pour voir notre article L’Homme qui passe (lien direct) de mai 2010.
– Notre article sur le Musée de la Coutellerie de Nogent (lien direct).
– SAVOURET (Philippe), La coutellerie nogentaise au XIXe siècle. Dominique Guéniot Éditeur, Langres, 1983, 222 pages.

Bruxelles : la belle enseigne

11 mars 2010

En voyage à Bruxelles récemment, nous avons découvert une élégante boutique qui a pignon sur rue ou plutôt sur galerie. À deux pas de la Grand’Place, la coutellerie TILQUIN est située dans la Galerie de la Reine, 9. Et ô surprise, l’enseigne de cette vaste échoppe est un rémouleur. Si le matériel proposé, couteaux et outils tranchants contemporains, est de belle facture, l’enseigne renvoie à un rémouleur traditionnel, symbole du travail bien fait. On peut en déduire que cette coutellerie de luxe qui assure également aiguisage, réargenture et réparations délivre un travail de grande qualité. Le rémouleur de l’enseigne en est le garant !

Cliquer sur l’image pour découvrir les vitrines de la coutellerie Tilquin de Bruxelles.