Posts Tagged ‘touret à meuler’

Royaume Uni – Knife grinder – Minimaliste !

22 août 2014

Il n’est pas nécessaire d’avoir un énorme banc avec plusieurs meules et tout le reste… Ce rémouleur anglais nous en fournit la preuve : il suffit d’un petit touret à meuler et d’une bicyclette. Cette belle photo de Bill Douglas date du début des années 70.
Responsable de la Cotswold Community, Monsieur John Whitwell l’a publiée sur son site. Il se souvient de cet homme, dont il a oublié le nom, qui venait chaque année à la Cotswold Community. Il pense qu’il n’est plus venu vers la fin des années 70. John Whitwell aime beaucoup cette photo, si quelqu’un pouvait lui donner des renseignements sur cet homme, rémouleur (Qu’est-il devenu ? Est-il encore vivant ? etc), il serait très heureux.
– Visiter le site de John Whitwell et voir la photo, encore plus belle en grand format, en cliquant ICI.

England-knife-grinder-années-70'-remouleur

Publicités

Rémouleur au Venezuela

21 juillet 2008

Pour compléter la série des rémouleurs travaillant avec un matériel restreint (Cf nos précédents articles), voici une photo découverte sur le blog d’un français expatrié : Victor au Venezuela.
Astucieuse installation que celle de ce rémouleur : il a fixé le touret à meuler manuel sur le petit banc sur lequel il est assis, obtenant ainsi une bonne stabilité de son outil. Le couteau est tenu dans la main gauche tandis que la droite actionne la meule. Tout comme son collègue de Mexico, il ne peut pas obtenir une grande précision dans l’affûtage de la lame mais peut-être que son expérience lui permet d’offrir une prestation de qualité acceptable. Le photographe pourrait nous le dire puisque c’est son propre couteau que le rémouleur aiguise… Remarquons enfin que la dimension de la meule limite la taille des lames à rafraîchir.
Photo © 2005 – Victor Bruley.

Rémouleur à Mexico

25 juin 2008

Documents très récents d’un rémouleur à Mexico. Notre homme s’est équipé d’un touret à meuler à commande à main qu’il a fixé sur un support en bois. Il est assis sur un tabouret bas et avec ses deux pieds il stabilise son outil de travail. Tournant la manivelle de la main gauche, dans un sens ou dans l’autre (Cf la vidéo), il tient le couteau de la main droite. Outil et tabouret sont transportés sur un « diable ». Ce rémouleur va donc à pied.
Quelques remarques : au regard de sa chevelure, cet homme n’est plus très jeune. Ses ressources sont probablement modestes, son outil se trouve dans tout supermarché de bricolage à un prix raisonnable. Son équipement est vraiment minimaliste. Sans douter de ses compétences, on peut s’interroger sur la qualité de son travail : plié en deux, aiguisant d’une main en tournant de l’autre, il ne peut pas obtenir une grande précision. Mais pour survivre à Mexico DF, mégalopole de 20 millions d’habitants, il faut savoir prendre des initiatives. Notre homme se bat comme il peut…
Dans son usage, l’outil de ce rémouleur rejoint ceux utilisés dans la première moitié du XXe siècle par les rémouleurs des Balkans et du Proche Orient : une meule actionnée par une manivelle, le tout monté sur un chassis très simple. Nous aurons l’occasion d’en présenter un témoignage prochainement.
—>Voir aussi la VIDÉO et sur Mexico notre ARTICLE de mars 2008. 
– Photos et vidéo © Juliane Amblès – Juin 2008.

remouleur-mexico-knife grinder-afilador-amolador