Posts Tagged ‘banc attelé’

1913 – Pietro Vidi, rémouleur à Baltimore – USA

27 février 2015

C’est une photo de presse du journal The Baltimore Sun. Ce quotiden a dû cesser sa publication papier, à la suite de quoi ses archives photographiques ont été vendues. Philogène a acquis ce cliché en 2011.

Pietro Vidi knife grinder vers 1913 Hamilron

La légende de la photo, imprimée sur une bande de papier collée au verso, donne la date de publication de cette archive : 12 février 1991. En fait, elle a été publiée pour évoquer une cérémonie que Nilo Vidi, rémouleur à Baltimore, a organisée pour ses fils David et Paul en l’honneur de leur grand-père Pietro Vidi. C’est donc lui, Pietro l’ancêtre, qui est sur la photo.
Il semble qu’à l’époque, en 1913, il n’était pas encore à son compte. Sur l’agrandissement ci-dessous, on peut lire l’inscription COLLINI BROS. (Bros. : abréviation de brothers en américain), et un peu au dessus AMERICAN & AUSTRIAN GRINDERS. De cette dernière indication, on peut imaginer que les frères Collini étaient d’une famille de migrants autrichiens (Austrian) de la région du Tyrol du sud. Une province qui a été ballotée entre l’Autriche et l’Italie et qui est revenue dans le giron de cette dernière depuis…)
Il est possible que Pietro Vidi ait succédé aux Frères Collini en rachetant l’entreprise qui est ainsi restée dans la diaspora italienne/italophone… Suppositions.
En conclusion : on voit que les américains ont toujours eu le sens des grands moyens puisqu’au début du XXe siècle, ils avaient déjà des ateliers roulants tirés par des chevaux.
Une belle histoire quand-même !

Pietro Vidi knife grinder vers 1913 Hamilron deatail

Note : Philogène a publié précédemment sur ce blog un article sur un atelier tiré par un cheval au Québec avec une adaptation pour les grands froids. Un rémouleur italien aussi. Étonnant ! Cliquer ICI.

Publicités

Amolador en son pays

5 juillet 2012

Chromolithographie française du début du XXe siècle. Il est rare de voir un rémouleur portugais avec un banc d’aiguisage tracté par un âne. Cet amaolador devait faire partie de l’élite…
La composition de l’ensemble est équilibrée, les couleurs sont belles, la qualité de l’impression est  bonne. Merci Liebig !
– La chromo est au format d’une carte postale. 

Au Portugal remouleur

Le rémouleur et le gendarme

18 mars 2010

Belle carte mettant en scène deux itinérants de statuts bien différents… Saluons la réactivité et l’humour du photographe qui a saisi cet instant tout en respectant la commande : montrer l’Hôtel de Ville de cette petite commune de Haute-Marne au début du XXe siècle.
On sait que depuis des lustres, voire encore aujourd’hui, les hommes pratiquant des métiers itinérants ont toujours été considérés comme suspects. On peut se demander alors si notre rémouleur ne vient pas d’être contrôlé, voire verbalisé à l’instant précédent ? À moins que cet aiguiseur bien équipé, un banc couvert tiré par un cheval ou un mulet, toujours en règle… soit connu, apprécié et respecté par la population comme par les autorités ? Soit.
Il semble néanmoins que le rémouleur regarde partir le cavalier-pandore avec soulagement. C’est du moins notre interprétation de la scène. Et vous, qu’en pensez-vous ?
Passer le curseur ou cliquer sur l’image pour voir le détail de la scène rémouleur-gendarme.