Posts Tagged ‘banc roulant’

Le rémouleur par Armand Bouxin

4 septembre 2015

Au fil des siècles, dans tous les pays, les rémouleurs ont très souvent fasciné les artistes : dessinateurs, peintres, graveurs, sculpteurs. Ce blog en a régulièrement présenté, plutôt des moins connus, voire des inconnus. Aujourd’hui, Philogène a choisi de faire découvrir à ses lecteurs un artiste français peu connu.
Armand Bouxin est né à Reims (ville dont une rue porte son nom) en 1880. Il fut pupille de Félix Régamey à l’École des Arts Décoratifs de Paris. Il exposa régulièrement au salon des Artistes français dont il était membre. Ses travaux se partagèrent entre peinture et lithographie, d’où sa qualité de membre de l’Association Française des Artistes Lithographes. Il disparut en 1972 à l’âge de 92 ans.

Armand-Bouxin-Le-Remouleur-1917

Son rémouleur, gravé en 1917, fait penser aux photos de Eugène Atget, cela parce que le banc de l’un et de l’autre sont quasiment de la même époque. C’est un banc lourd avec une énorme meule, dont le déplacement était assuré par de grandes roues. L’attitude du rémouleur est assez bien vue, son environnement est neutre, on ne peut que regarder l’homme et la machine.
– Tirée à 250 exemplaires, la litho mesure 22 x 17cm à la cuvette.
– Elle porte le N° 236/250.
– Voir sur ce blog un rémouleur par Eugène Atget (lien direct).

Publicités

Rémouleur en Bolivie – 2011

8 août 2014

Clin d’œil de Philogène Gagne-Petit aux voyageurs actuellement en Bolivie…
Belle photo de rue, légèrement redressée par Philogène, parue sur le site Les Bouchet en voyage.
Photo de rue, photo de vie : tandis qu’à l’arrière plan deux jeunes hommes arrivent en marchant, le rémouleur, personnage central, est près de son banc. Il est au premier plan avec deux autres personnages dont un duquel on ne voit que le bras. Personnage important néanmoins puisque c’est le client. Ce triangle formé de trois personnes rend la scène vivante : le rémouleur, un couteau dans la main, discute avec le client qui, on l’imagine, répond au rémouleur. Enfin, légèrement en retrait, un jeune garçon regarde le rémouleur.
Les façades des maisons sont colorées comme fréquemment en Bolivie et les vêtements des personnages sont en harmonie avec les murs…

Remouleur en Bolivie

Le banc de rémoulage est très simple, rien d’inutile sur cet ensemble de type chevalet. Il doit cependant être lourd car tout en acier. La roue d’énergie est utilisée pour les déplacements après que la courroie ait été débrayée. La meule est de petit diamètre pour deux raisons : d’une part elle est moins lourde et d’autre part elle est moins onéreuse à l’achat. Le déplacement se fait en basculant l’ensemble de 90° de façon à ce que la grande roue soit en contact avec le sol.
– Le site Les Bouchet en voyage (lien direct). Nombreuses photos.
– Merci à eux pour cette belle photo que nous leur empruntons.

 

2012, un calendrier pour les vœux de Philogène !

1 janvier 2012

Philogène Gagne-Petit remercie les lecteurs de ce blog, il leur présente ses meilleurs vœux et leur souhaite une très bonne année 2012 !

Calendrier complet du facteur 2008

Le calendrier est récent mais la photo date de 1945, année de l’armistice qui mit fin à la deuxième guerre mondiale. La joie, exprimée ici par les enfants, était grande mais les temps étaient difficiles pour les plus modestes dans une France exsangue.
Le banc de ce rémouleur est léger de par sa structure mais sophistiqué par ailleurs. La roue d’énergie est actionnée par deux pédales, cela donne une plus grande régularité à sa rotation. Pour l’homme, c’est aussi un effort moindre puisqu’il est réparti en alternance sur chaque pied. Deux meules de diamètres différents sont fixées sur l’axe, probablement de grains distincts. Noter que le rémouleur travaille assis, position obligatoire lorsque le banc est à deux pédales. Les brancards pour le déplacement du banc sont les supports du siège qui n’est sans doute q’une simple planche. Les flancs aux formes supérieures découpées en arrondi sont peut-être de récupération. Enfin les roues de déplacement semblent être à bandage plein.
Dans l’immédiat après-guerre, ce banc était précieux car le travail ne manquait pas et il y avait tant à faire !

Calendrier du facteur 2008