Posts Tagged ‘Lorraine’

Nancy : le rémouleur aime l’opéra…

20 février 2015

Il faut avoir de bons yeux comme Philogène Gagne-Petit pour déceler rapidement le rémouleur qui accomplit son travail devant les portes du Théâtre Municipal sur la Place Stanislas de Nancy. Pourtant, il est bien là, l’agrandissement du bas le prouve.

Nancy remouleur devant le Théâtre

D’après les affiches apposées de part et d’autre de l’entrée, on sait que la photo a été prise entre 1900 et 1906(1). Cela grâce à Louise, opéra (roman musical) de Gustave Charpentier. L’œuvre fut achevée en 1893 mais jugée scandaleuse, la première n’eut donc lieu qu’en 1900 à Paris dans le cadre de l’Exposition Universelle et elle fit un triomphe. Depuis, le succès, mondial, ne s’est jamais démenti (source : Wikipedia)
Quant à savoir si notre rémouleur acheta un billet pour «le poulailler», ces places les moins chères donc les moins bonnes, c’est peu probable mais sait-on jamais ? Avait-il suffisamment dans son escarcelle ?
Son banc est de bonne taille, il paraît pourtant assez léger grâce à ses roues à jante fine, y compris la roue d’énergie. Pour le reste, difficile de se prononcer… Il n’est pas seul, son chien est couché sur le trottoir, ce qui signifie que le maître est à l’arrêt. Bien qu’un peu distrait par le photographe, il est en train d’affûter quelque lame, peut-être pour le restaurant du Cercle Militaire ?
Remarquer qu’il est surveillé par un homme en uniforme qui contrôle l’entrée de ce Cercle Militaire situé à gauche, au rez-de-chaussée du bâtiment.

Nancy-remouleur-devant-le-Théatre-detail

(1) – Il semble que ce théâtre soit soit celui dit « de la comédie » qui fut détruit par un incendie en 1906. Il était situé à l’emplacement de l’actuel Musée des Beaux Arts. Le nouveau théâtre, celui d’aujourd’hui, situé de l’autre côté de la Place Stanislas, fut inauguré en 1919.
Mise à jour : en commentaire, un lecteur, Alain Faron, indique que les deux œuvres présentées simultanément (Monte-Christo et Louise) ne le furent qu’une fois, fin février 1906. Merci à lui pour cette précision. Le 2 juillet 2015.

Lorraine – Malzéville – Vers 1900

26 février 2012

Lorraine Malzeville Remouleur

Il y a du monde dans la rue d’Alsace-Lorraine à Malzéville, près de Nancy. Vu le nombre d’enfants présents sur le pavé, on peut affirmer que la photo n’a pas été prise pendant l’horaire scolaire. À gauche, des femmes s’affairent au lavoir-fontaine. Cette carte postale est riche de détails : nombreuses plaques commerciales, enseignes, boutique, lavoir. Et bien sûr notre rémouleur local pose fièrement, entouré de gamins pas peu fiers, eux aussi, d’être figés pour la postérité. Personnalité locale de l’agglomération nancéienne, on a vu ce rémouleur à deux reprises sur ce blog : à Malzéville déjà (ICI) et à Nancy sur la place Saint-Epvre ().

Lorraine Malzeville Remouleur Detail

Nancy : le rémouleur de la place Saint-Epvre

2 mai 2011

Il arpentait les rues de la ville et celles des communes alentour, c’était une figure locale du début du XXe siècle lorsque triomphait l’Art Nouveau et l’École de Nancy. Non seulement il figure sur plusieurs cartes postales de l’époque mais il est aussi présent sur une toile, œuvre d’un peintre d’origine lorraine : Charles WITTMANN (1874-1953).

Nancy Remouleur place St Epvre

En fait, le thème de la peinture était la statue de René II qui trône au centre de la place Saint-Epvre dans la vieille ville de Nancy. Mais pour donner vie à son œuvre, l’artiste ne pouvait pas ignorer le marché et son petit peuple dont cette figure nancéienne : le rémouleur. Le garde champêtre de l’époque, autre figure locale, est lui aussi présent juste derrière notre homme.
– Cliquer sur l’image pour afficher en détail les deux hommes.
– On peut retrouver le rémouleur sur une carte postale publiée dans un précédent article en cliquant ICI.

Belle silhouette…

27 juillet 2010

Outre l’Imagerie d’Épinal, la Lorraine abritait autrefois des éditeurs et imprimeurs eux aussi imagiers telle l’Imagerie GANGEL à Metz.
Voici une silhouette de rémouleur extraite d’une planche éditée en 1840 que nous avons trouvée dans le livre AU PAYS DES ÉMOULEURS de Henri Amblès. Merci à l’auteur de nous autoriser la publication sur ce blog.
On pourra comparer la représentation de ce gagne-petit avec celle, fantaisiste, du sous-bock (lien direct) publiée récemment.
Concernant l’imagerie en Lorraine on reverra avec intérêt la planche JACQUOT LE RÉMOULEUR (lien direct) que nous avons publiée fin 2008.

Le repasseur de Malzéville

18 février 2009

Nous sommes en Lorraine au début du XXe siècle. Malzéville est une commune de l’agglomération de Nancy. La scène se passe rue de la Rivière. Le banc de ce rémouleur est de facture plutôt « germanique », c’est-à-dire du type de ceux que l’on rencontre en Allemagne ou en Autriche (Cf la photo du Dr Mayer). La présence du rémouleur provoque un petit attroupement qui donne de la vie à cette photo. Outre le repassage des lames, c’est l’occasion d’avoir des nouvelles de l’agglomération nancéenne que notre rémouleur sillonne toute l’année. Car on le retrouve sur d’autres cartes postales de l’époque et même, semble-t-il, sur une gravure en couleurs représentant une place de Nancy. Nous aurons l’occasion de le revoir…
Cliquer sur l’image pour afficher le détail du groupe.

malzeville-carte-postale

Jacquot le Rémouleur – 1/8

1 novembre 2008

Aujourd’hui commence la publication de notre feuilleton. Chaque samedi paraîtra un nouvel épisode et cela huit samedis de suite, c’est-à-dire jusqu’au samedi 20 décembre inclus. Bonne lecture !

Plus de détails dans notre article du 27 octobre

Alain Bertuzzi, rémouleur d’aujourd’hui

11 août 2008

Alain Bertuzzi, arpente les fêtes traditionnelles, les fêtes des vieux métiers, les brocantes de Champagne, de Lorraine, voire d’Alsace tout comme son collègue François Noisette (Notre article du 29 mars). Certains diront que ce sont des  rémouleurs d’opérette… Laissons les dire.
Comme les repasseurs d’autrefois, Alain emporte sur son métier outils et accessoires divers : clé à mollette, tournevis, pinces, limes… Il nous rappelle que les rémouleurs ramassaient parfois les peaux de lapin. La clochette est de circonstance pour signaler son passage, la boîte à lait contient l’eau pour le refroidissement lors de l’affûtage. Le parapluie a un double usage : se protéger de la pluie ou du soleil. Sur la porte d’un petit coffre en bois trois mots sont gravés : LES GAGNE MISÈRE. Une allusion à la condition des rémouleurs pendant des siècles jusqu’à la deuxième guerre mondiale.
Alain est aussi poète et il ne manque pas, autant que possible, de placer sur son métier une jolie fleur ! Dame, ça égaie un peu la vie, la sienne comme celle de ses client(e)s.
Photos prises lors de la Foire vosgienne des brocanteurs à Xaronval (Vosges) en septembre 2006.
Alain Bertuzzi sera au Haut Koenigsbourg (Bas Rhin-France) le dimanche 5 octobre pour la fête des métiers dans le cadre des manifestations du centenaire de la restauration du château.
Cliquer sur le photo-montage ci-dessous pour l’afficher en grand format.


François Noisette, rémouleur d’aujourd’hui

29 mars 2008

Il sillonne les villages de Lorraine et de Champagne avec son « banc » de rémouleur.
Invité dans les fêtes de vieux métiers, dans les brocantes, il ne manque pas d’humour. Outre un réservoir d’eau indispensable pour l’affûtage, une bouteille de Mirabelle (de Lorraine) complète son attirail. Que l’on se rassure, notre rémouleur n’est pas alcoolique, c’est seulement pour la couleur locale !
François Noisette est davantage un artiste qu’un véritable repasseur. Il contribue néanmoins à la connaissance et à la perpétuation de ce métier devenu rare.
Photos prises en juillet 2001 à « Xaronval, village 1900 » dans les Vosges.