Posts Tagged ‘édition’

Rémouleur chinois au XIXe siècle

2 mai 2008

S’il est un ouvrage précieux dans l’histoire de la coutellerie, c’est celui de Camille Pagé publié en 1900 à Chatellerault et intitulé : LA  COUTELLERIE depuis l’origine jusqu’à nos jours. Ce sont six tomes grand format et des milliers de pages. Jeanne LAFFITE l’a réimprimé en 1994 mais cette édition reprint est épuisée et elle est devenue presque aussi rare que l’originale sans toutefois en avoir la valeur. C’est une véritable  » bible  » de la coutellerie mondiale : outre l’histoire du couteau depuis l’âge de la pierre, au fil des tomes Camille Pagé emmène son lecteur dans les différents continents et y présente pour de nombreux pays une situation de la coutellerie à la fin du XIXème siècle. S’il s’intéresse essentiellement à la fabrication des couteaux, l’auteur n’oublie pas pour autant les rémouleurs, ces intermédiaires indispensables pour l’entretien et le rafraîchissement des lames. Le tome V fait le tour de la coutellerie étrangère (sauf l’Europe) avec entre autres l’Asie et bien entendu la Chine. À l’heure des Jeux Olympiques 2008, on mesure l’évolution de la Chine en un peu plus d’un siècle.

remouleur-knife grinder-arrotino-afilador

Légende de la gravure : Rémouleur chinois, d’après une photographie communiquée par M. le Consul de France à Canton. Page 1128 ter, tome V

Publicités

Jean de Pyrène

30 avril 2008

Les rémouleurs ont suscité une iconographie abondante. Il n’en est pas de même dans les textes. Les ouvrages existants méritent d’être signalés. Voici un livre qui se lit d’un seul trait !

Rémouleur ambulant, un métier qui fascine…

Suivez Jean de Pyrène, rémouleur françois dans ses pérégrinations et vous découvrirez toutes les facettes d’une passion. Son récit nous apporte son lot quotidien de rencontres et d’aventures. L’affûteur côtoyait l’étameur, le chiffonnier, la vendeuse de cresson ou de radis, le marchand de tapettes à rat…
Longtemps, la misère régna en maîtresse sur ce petit peuple des rues, les gagne-misère portaient bien leur nom ; et le gagne-petit, n’était sans doute pas le plus malheureux ! C’est qu’il en a accumulé des souvenirs, notre Pyrène ! Il nous les livre ici, sans pudeur ni complaisance, dans un récit chaleureux. Il nous livre aussi tous ses secrets d’aiguisage, de quoi redonner du tranchant à tous vos outils, que ce soit à la maison, à l’atelier, au jardin ou dans les bois. Mais il y a une chose que Jean de Pyrène refuse, c’est que son métier passion disparaisse. Alors avec lui, perpétuons la tradition du savoir et du geste !
Un livre de Annie-Jeanne et Bernard Bertrand, aux Éditions de Terran.