Posts Tagged ‘Nord’

Le rémouleur de Cassel (Nord)

18 mai 2012

La commune de Cassel est proche de Hazebrouck et de la frontière belge dans le département du Nord. Elle abrite plusieurs monuments historiques, un musée départemental et organise chaque année un Festival de musique. Elle a vu naître sur sa terre plusieurs personnalités. La population est d’environ 2300 habitants.
Pour plus de détails consulter Wikipedia.

Cassel Remouleur

Autrefois, les rémouleurs y faisaient régulièrement étape, on le voit sur cette carte postale du début du XXe siècle. Rien d’étonnant à ce que le banc de notre repasseur soit typique des Flandres : on est tout près de la frontière. D’ailleurs, c’est peut-être même un flamand, on sait que les rémouleurs voyageaient beaucoup en ces temps anciens – Cf le livre de Henri Amblès AU PAYS DES ÉMOULEURS.
Ce banc flamand est de type brouette, les bras pour le déplacement se situent assez bas. La roue d’énergie est de taille moyenne et, progrès notoire, le rémouleur est assis, ce qui n’était pas le cas aux siècles précédents sur les bancs de ce type.

Cassel Remouleur detail

Publicités

Le repasseur – Nord de la France – 1853

23 mai 2011

Conservée à la Bibliothèque Municipale de Lille, cette photo, à n’en pas douter, a été prise dans le Nord de notre pays au milieu du XIXe siècle..
En volume, le banc de ce rémouleur n’a rien à voir avec celui, néerlandais et roulant, de notre article précédent.
Celui-ci est un banc porté : lors de ses déplacements l’homme va le porter sur le dos. Le banc doit donc être un maximum ramassé sans être trop lourd. Il est fait de pièces de bois trouvées ici et là, peut-être est-ce le rémouleur lui-même qui l’a fabriqué. La courroie reliant la grande roue d’énergie à une poulie sur l’axe des meules est croisée. Il semble qu’il y ait effectivement plusieurs meules (dont une en porte-à-faux à la gauche de l’homme), chacune de grain spécifique correspondant aux différentes phases de l’aiguisage : ébauche, aiguisage, finition et même polissage selon les lames à traiter. À un angle est installée une petite enclume et en dessous un coffre pour ranger outils et chiffons pendant les déplacements.

Rém 1853 Bb Mun Lille

Le personnage est caractéristique de l’époque par sa tenue vestimentaire en particulier la casquette. Ses rouflaquettes finissent le tableau ! Son travail ainsi que son alimentation sans doute lui permettaient de garder la ligne…
Il est probable que la photo ait été posée et mise en scène. À priori la roue ne tourne pas. C’est qu’en 1853 la Photographie était balbutiante et le sujet devait garder la pose plusieurs secondes voire davantage.
– Photo © Bibliothèque Municipale de Lille. Épreuve sur papier salé.
– Format : 19,9 x 13,4 cm sur une planche de 55 x 39 cm.
– Extraite des Études photographiques éditées par Blanquart-Évrard en 1853,

Les belles étiquettes

9 juin 2010
Outre les mines de charbon et l’industrie lourde, le Nord de la France posséda longtemps une industrie textile. Ainsi, de nombreuses filatures s’y installèrent au fil des siècles. C’est au XIXe puis au début du XXe siècle qu’elles furent particulièrement nombreuses et prospères.
Chaque entreprise avait son étiquette qui était collée sur l’emballage de la bobine de fil avant la livraison. Certaines utilisèrent pour leur étiquette le rémouleur ou le gagne-petit comme référent de qualité. On sait que la renommée des repasseurs de couteaux fut toujours au mieux dans l’échelle des petits métiers, les gagne-petit bénéficiant d’une bonne cote d’amour dans la population.
On comprend pourquoi plusieurs filatures adoptèrent l’image du rémouleur, l’une d’entre elles (cf ci-dessous) allant même jusqu’à plagier le célèbre tableau de David Téniers en l’inversant et en l’adaptant tout-de-même. Noter que la filature E. LEMESLE était à Château-Gonthier dans le département de la Mayenne célèbre pour ses toiles.
Ces étiquettes polychromes avaient un indéniable cachet, chacune était une petite œuvre d’art populaire.
La Bibliothèque Municipale de Lille (lien direct) conserve un bon nombre d’étiquettes de fil dont quelques unes représentent un rémouleur. En voici trois ci-dessous.

Étiquettes-Fil.remouleur-x-3.jpg

Nord de la France – XIXe siècle

28 juillet 2009

Remarquable photo conservée à la Bibliothèque Municipale de Lille.
Elle est sans doute l’œuvre d’un anonyme dans les années 1875 à 1900. On y voit un rémouleur au travail dans un site quelque peu désertique. Son banc de rémoulage, classique, est calé. Après l’avoir poussé jusque là, peut-être près d’une ferme, l’homme s’est assis pour affûter les ustensiles apportés par la cliente. À l’avant du métier un baluchon est attaché. Que contient-il ? Quelques affaires personnelles emportées pour une longue tournée : plusieurs jours ou plusieurs semaines ? Le chien, de bonne taille, en profite pour se reposer. Doit-on en déduire qu’il aide son maître en tirant le banc lors des déplacements ? Ou est-ce simplement un compagnon de voyage, de fortune ou d’infortune ?

Rémouleur-nord-france

Voici un document intéressant qui laisse comme une impression de mystère autour de cet homme, son métier et son chien. C’est exactement cela qui marquait autrefois les populations au passage de ces travailleurs itinérants.
Photo © Bibliothèque Municipale de Lille. Pour l’afficher en grand format aller sur le site en cliquant sur l’image.