Posts Tagged ‘Afrique’

Zanzibar – Années 50

17 avril 2012

Zanzibar est un archipel situé sur la côte orientale de l’Afrique, dans l’Océan Indien. Lorsque cette carte postale fut envoyée de Zanzibar-City en 1955, l’île était sous protectorat britannique. Près de dix ans plus tard, après la décolonisation en 1964, Zanzibar et le Tanganyika fusionnaient pour former la Tanzanie.

Le banc de ce rémouleur semble être en acier, ce qui laisse supposer un poids élevé et donc un problème de transport. La commande de la roue d’énergie est classique : une pédale et un excentrique. Remarquer que l’homme travaille pieds nus. La rotation est transmise à l’axe de la meule par une courroie plate de bonne largeur. La vitesse de rotation de la meule doit être assez importante vu le rapport des diamètres roue d’énergie/poulie sur l’axe de la meule.
L’homme affûte une lame longue et peu large, ses vêtements sont amples, adaptés au climat équatorial de ce pays. 
Ce type de banc, on le trouve sur toute la zone orientale de l’Afrique mais aussi au Moyen-Orient et jusqu’en Inde.

Publicités

Les rémouleurs de Moshi (Tanzanie) – 2009

3 juin 2011

Richesse du Net, encore ! Cette photo provient du blog de LELIONLEMONDE. Elle a été prise en 2009 lors d’un voyage en Tanzanie, pays situé sur la côte Est de l’Afrique et bordé par l’Océan Indien. Moshi (145.000 habitants) est une ville située au nord du pays dans la région des tribus Masaï. C’est la base de départ pour l’ascension du Kilimanjaro, point culminant de l’Afrique (5892m). À Moshi se trouve l’un des deux pôles de L’INTERNATIONAL SCHOOL MOSHI (élèves de 3 à 19 ans) qui prépare aux Universités de toute la planète.

Remouleurs moshi tanzanie

Comme actuellement dans de nombreux pays, ces rémouleurs utilisent la bicyclette pour une plus grande mobilité. En position de travail, la bicyclette est stabilisée par une double béquille qui soulève la roue arrière. L’homme se retourne et s’assoit sur une deuxième selle ou sur une sorte de coussin, plus confortables que le cadre. L’axe de la meule est fixé sur un étrier lui-même solidaire d’un porte-bagage arrière. La rotation de la meule est obtenue par une transmission par courroie : ici apparemment une courroie ronde, thermosoudable, de petit diamètre. La roue arrière du cycle est équipée d’un cerclage faisant office de poulie de grand diamètre (on ne la voit pas sur la photo). En pédalant, l’homme entraîne la roue arrière, donc le cerclage (poulie) qui, par la courroie, transmet le mouvement à une poulie de petit diamètre située sur l’axe de la meule. Noter que si le cycle est équipé d’une roue libre, l’homme doit pédaler à l’envers. S’il s’agit d’un pignon fixe, les deux sens de pédalage sont possibles. Enfin, il peut régler le sens de rotation de la meule en croisant la courroie. Remarquer que, en raison du passage de cette courroie, la bicyclette n’a pas de frein arrière.
– Photo © Lelionlemonde.
– Pour consulter la photo en grand format, aller sur le blog de LELIONLEMONDE (lien direct). On y voit bien la courroie de transmission sur le cycle au premier plan.
– Voir aussi notre article
En Tanzanie : la simplicité publié précédemment.

En Afrique aujourd’hui

3 mars 2011

Vidéo intéressante qui permet de bien voir le fonctionnement du vélo-rémouleur que l’on rencontre un peu partout dans le monde. Ici c’est en Afrique mais, dommage, on n’a aucune indication sur le pays.
– Durée : 35 secondes.

Le Caire : sur le marché

25 septembre 2008

Belle photo d’actualité issue de Flickr. Le rémouleur est installé sur un marché du Caire, cette ville de 25 millions d’habitants, la plus grande d’Afrique et du Moyen Orient, à la circulation automobile intense d’où émanent jour et nuit les sons incessants des klaxons. Son dépotoir est probablement aussi le plus grand d’Afrique, voire le plus grand du monde : des centaines de personnes dont des enfants y vivent (en vivent ?).


Revenons à notre rémouleur : l’ensemble homme-machine donne une impression d’équilibre. L’homme est droit, son corps repose sur sa jambe gauche tandis que la droite actionne la pédale. Sur le modèle africain, son métier est simple et surtout compact, l’homme fait corps avec lui. Il le transporte certainement sur son dos. Une caissette en bois lui  permet de ranger quelques outils. Enfin, le métier est coloré, en harmonie avec la djellaba du rémouleur, tandis que la roue est rouge, sans doute pour avertir du danger qu’il y aurait à s’en approcher. Ce repasseur serait-il aussi un artiste ?
Un bel ensemble homme-machine, un beau témoignage, une belle photo.
Photo © balavenise. Voir son riche album PEOPLE AT WORK sur Flickr.