Posts Tagged ‘bicyclette’

Akrigisto au Népal

21 novembre 2014

Ce jour, Philogène emprunte une superbe photo de 2012 qu’il vient de découvrir sur un blog bilingue : Esperanto-Français. D’où le titre de cet article, le terme akrigisto étant la traduction de rémouleur en Esperanto.

Népal Rémouleur

Selon la légende de la photo, ce rémouleur affûte un couteau népalais. Ce qui est intéressant, c’est la conception de son banc pour lequel on distingue deux parties :
1 — la mécanique, essentiellement métallique,
2 — le bâti et le siège, en bois.
— La mécanique utilise le principe de la bicyclette : pédalier, chaîne, roue dentée. La roue d’énergie est au plus simple : une croix en fer plat qui maintient le cercle de la poulie. La courroie est fine, elle fait tourner l’axe de la meule monté, comme l’axe de la grande roue, sur roulements à billes. Et la meule est d’un assez bon diamètre.
— Le siège est en bois avec deux montants, un devant, un autre derrière, reliés par un croisillon. L’assise doit être simple, probablement plate. La mécanique est fixée sur le montant avant.
Ce qui est étonnant sur ce banc, c’est l’association de deux parties, l’une technique (on n’ose pas dire sophistiquée), l’autre très rustique.
À priori l’ensemble est assez facilement transportable.
Merci à Luc Gouverneur l’auteur de cette belle photo pour laquelle, outre son aspect documentaire, nous n’oublions pas son caractère social. Elle reflète aussi, comme  souvent, la solitude du rémouleur et cela dans tous les pays du monde.
– Photo © Luc Gouverneur.
– Il faut voir la photo en grand format sur son blog, c’est ICI.

Publicités

Royaume Uni – Knife grinder – Minimaliste !

22 août 2014

Il n’est pas nécessaire d’avoir un énorme banc avec plusieurs meules et tout le reste… Ce rémouleur anglais nous en fournit la preuve : il suffit d’un petit touret à meuler et d’une bicyclette. Cette belle photo de Bill Douglas date du début des années 70.
Responsable de la Cotswold Community, Monsieur John Whitwell l’a publiée sur son site. Il se souvient de cet homme, dont il a oublié le nom, qui venait chaque année à la Cotswold Community. Il pense qu’il n’est plus venu vers la fin des années 70. John Whitwell aime beaucoup cette photo, si quelqu’un pouvait lui donner des renseignements sur cet homme, rémouleur (Qu’est-il devenu ? Est-il encore vivant ? etc), il serait très heureux.
– Visiter le site de John Whitwell et voir la photo, encore plus belle en grand format, en cliquant ICI.

England-knife-grinder-années-70'-remouleur

Portugal : rémouleur à bicyclette (en vidéo)

9 mai 2014

Il y a sur Internet de nombreuses vidéos montrant des rémouleurs. Il y en a peu de bonnes. En voici une qui nous présente Mr Manuel Nascimento, rémouleur portugais à bicyclette à Águeda, ville de 48 000 habitants. Cet Amolador de facas très sympathique est accueilli dans le jardin de particuliers. Après la mise en place de son matériel, on le voit affûter des ciseaux puis des couteaux. On entend même la flûte de pan d’un confrère, c’est ainsi que les rémouleurs s’annoncent au Portugal comme par ailleurs au Brésil. Et lui-même, à la fin de la séquence, y va de son petit instrument. Une vidéo de qualité, en HD (Haute Définition) et en grand format, à découvrir sur Vimeo.
– Cliquer sur l’image pour voir la vidéo sur Vimeo.

Amolador-de-facas-Rémouleur-video

Afilador sur le chemin de Saint-Jacques…

30 avril 2013

Afilador village de Obirgo Espagne 4

Saisies en 2007, voici deux belles photos d’un afilador (rémouleur en espagnol) arpentant les rues ensoleillées du village de OBIRGO, à l’ouest de l’Espagne, entre les villes de Leon et Astorga, sur le chemin de Saint-Jacques de Compostelle.
Certes il n’est pas en plein travail mais on voit bien le dispositif adapté sur sa bicyclette : une poulie fixée sur la roue arrière, une barre métallique fixée verticalement sur le cadre et à son extrémité supérieure les meules sur un axe, une courroie (ici débrayée) destinée à la transmission du mouvement, enfin le chevalet (là relevé) qui permet de soulever la roue arrière pour qu’elle tourne dans le vide.
L’homme n’est pas tout jeune. A-t-il fait ce travail toute sa vie ? Ou bien, signe des temps européens, s’est-il mis à cette tâche pour s’en sortir eu égard à la situation actuelle du pays ? Allez savoir…
Merci à Serge, auteur de ces belles photos, fidèle du Chemin de Saint-Jacques qu’il parcourt habituellement en VTT. Merci également à Irène qui a créé le lien entre Serge et Philogène Gagne-Petit.
Et vous, cher(e) lecteur(trice), vous pouvez aussi nous soumettre une photo de rémouleur, elle sera vue dans le monde entier…
Note : la photo du haut peut être agrandie en cliquant dessus.
– Photos © Serge Fichant. Droits réservés. Creative Commons Paternité.

Afilador village de Obirgo Espagne

Du côté de Belle-Île-en-Mer

5 août 2011

Si vous êtes en vacances sur la côte Atlantique, en particulier à Belle-Île-en-Mer (Morbihan), vous rencontrerez peut-être ce curieux équipage. Quoi que…
En fait il s’agit du rémouleur de l’île qui exerçait au début du XXe siècle. Certes son cycle était à trois roues mais il avait déjà instauré la pratique de l’aiguisage sur vélo. Il fut suivi par des milliers d’autres au cours du siècle. Aujourd’hui encore, dans de nombreux pays les rémouleurs à bicyclette sont légion.
La légende de la carte postale précise : Le Palais, rue Carnot, 1903. Notre rémouleur attirait du monde. Enfin… le photographe y était sans doute pour quelque chose.
– Pour voir d’autres rémouleurs à vélo, cliquer sur le mot-clé bicyclette.

Une meule sur le Tour de France ?

1 juillet 2011

Le Tour de France Cycliste 2011 commence.
C’est le moment de vous présenter ce dessin humoristique glané sur le Net.
Remarquer que le rémouleur utilise une flûte de pan pour annoncer son passage, comme les amoladores portugais ou brésiliens.

Humour Alfonsi Tour de France 2011

– Dessin de ALFONSI.
– Voir un autre dessin humoristique rémouleur/cycliste sur ce blog ICI.

Les rémouleurs de Moshi (Tanzanie) – 2009

3 juin 2011

Richesse du Net, encore ! Cette photo provient du blog de LELIONLEMONDE. Elle a été prise en 2009 lors d’un voyage en Tanzanie, pays situé sur la côte Est de l’Afrique et bordé par l’Océan Indien. Moshi (145.000 habitants) est une ville située au nord du pays dans la région des tribus Masaï. C’est la base de départ pour l’ascension du Kilimanjaro, point culminant de l’Afrique (5892m). À Moshi se trouve l’un des deux pôles de L’INTERNATIONAL SCHOOL MOSHI (élèves de 3 à 19 ans) qui prépare aux Universités de toute la planète.

Remouleurs moshi tanzanie

Comme actuellement dans de nombreux pays, ces rémouleurs utilisent la bicyclette pour une plus grande mobilité. En position de travail, la bicyclette est stabilisée par une double béquille qui soulève la roue arrière. L’homme se retourne et s’assoit sur une deuxième selle ou sur une sorte de coussin, plus confortables que le cadre. L’axe de la meule est fixé sur un étrier lui-même solidaire d’un porte-bagage arrière. La rotation de la meule est obtenue par une transmission par courroie : ici apparemment une courroie ronde, thermosoudable, de petit diamètre. La roue arrière du cycle est équipée d’un cerclage faisant office de poulie de grand diamètre (on ne la voit pas sur la photo). En pédalant, l’homme entraîne la roue arrière, donc le cerclage (poulie) qui, par la courroie, transmet le mouvement à une poulie de petit diamètre située sur l’axe de la meule. Noter que si le cycle est équipé d’une roue libre, l’homme doit pédaler à l’envers. S’il s’agit d’un pignon fixe, les deux sens de pédalage sont possibles. Enfin, il peut régler le sens de rotation de la meule en croisant la courroie. Remarquer que, en raison du passage de cette courroie, la bicyclette n’a pas de frein arrière.
– Photo © Lelionlemonde.
– Pour consulter la photo en grand format, aller sur le blog de LELIONLEMONDE (lien direct). On y voit bien la courroie de transmission sur le cycle au premier plan.
– Voir aussi notre article
En Tanzanie : la simplicité publié précédemment.

En Afrique aujourd’hui

3 mars 2011

Vidéo intéressante qui permet de bien voir le fonctionnement du vélo-rémouleur que l’on rencontre un peu partout dans le monde. Ici c’est en Afrique mais, dommage, on n’a aucune indication sur le pays.
– Durée : 35 secondes.

Cyclo-afilador au Mexique

14 avril 2010

Nous avons à plusieurs reprises depuis la création de ce blog présenté des rémouleurs du Mexique, qu’ils soient anciens ou contemporains. La série continue avec cette photo de Derek LIGHT, prise à l’été 2009, qui nous permet de bien voir le fonctionnement de l’installation de ce cyclo-afilador.
Le banc de cet aiguiseur est parfaitement et simplement intégré à la bicyclette. Constatons d’abord que pour aiguiser l’homme se retourne par rapport à la position de conduite. La roue arrière est surélevée grâce à un chevalet métallique qui, simultanément, stabilise l’ensemble. L’axe des meules est maintenu par deux paliers (de couleur bleue) de bonnes dimensions, probablement à roulements à billes, offrant ainsi une rotation fluide avec un minimum de frottement. La rotation de cet axe est obtenue par une poulie, elle-même entraînée par une courroie souple dont le mouvement est donné par la roue arrière de la bicyclette. La rotation de la roue arrière est provoquée par le pédalage de l’homme. Et si la roue arrière est équipée d’une roue libre, le pédalage doit se faire à l’envers… Quelques outils logés dans une sacoche complètent le tout.
Le sourire du rémouleur est en prime !
Son rémoulage terminé, l’aiguiseur enlève la courroie en prenant soin de la stocker en haut, repose la roue arrière sur le sol, récupère le chevalet, reprend la position de conduite et repart en pédalant à l’endroit…  Afilador de tigeras !…  Afilador…
Photos © Derek LIGHT. Merci à lui, avec nos excuses pour le recadrage !
Vue d’ensemble, sous un autre angle, en cliquant sur la photo.

Berlin 1919

20 juin 2009

Berlin-1919Rémouler les outils tranchants a été de tous temps une façon de gagner quelques espèces pour apporter un minimum au foyer familial : francs, livres, lires, pesetas, marks… 
L’Allemagne de 1919, surtout son petit peuple, n’était pas très riche. Le pays se remettait tout juste de la première guerre mondiale. Malgré cela il fallait vivre.
On voit ici un banc de rémouleur aménagé (bricolé ?) avec des planches de récupération. La grande roue provient d’un vélo, les roues de la remorque peut-être d’une petite charrette, d’un jouet ? Mais l’essentiel, les meules, est là !
Le plus étonnant est que ce banc est tracté par un vélo, cas assez rare dans l’histoire du métier de gagne-petit. Astucieux : cela permettait d’élargir le rayon d’action du rémouleur.
Plus tard, la technologie évoluant, c’est la bicyclette, voire la moto, qui sera directement équipée du nécessaire à rémouler. C’est le cas aujourd’hui dans de nombreux pays dont ceux dits en voie de développement.
Avec le mot clé bicyclette, consulter les articles publiés à ce propos sur ce blog.

À bicyclette au Pakistan

19 octobre 2008

Intéressante et belle photo publiée début avril 2008 sur le site BBC.Mundo.com, édition en espagnol du site de la célèbre BBC, dans la rubrique « El dia en imágenes«  (La journée en images).
Ce rémouleur pakistanais sillonne les rues de la banlieue de Rawalpindi, la ville ou le 27 décembre 2007 Benazir Bhutto trouvait la mort suite à un attentat.

La bicyclette est presque neuve, sinon bien entretenue. La rotation de la meule est obtenue par pédalage, la roue arrière étant soulevée du sol par une béquille. Fixée sur cette roue arrière, une poulie de grand diamètre entraîne une courroie qui transmet le mouvement à une poulie de petit diamètre fixée sur l’axe de la meule, lui procurant ainsi une grande vitesse. Pour les déplacements, il suffit d’enlever la courroie des poulies, de relever la béquille et l’ensemble peut reprendre la route… ou plutôt le chemin. Outre l’outillage et les accessoires (entre autres le chiffon) pour affûter les lames, notre rémouleur transporte un éventaire présentant de nombreux couteaux et outils tranchants destinés à la vente. De la même façon que certains rémouleurs du passé, il cumule deux fonctions commerciales : entretien et vente, ses recettes ne peuvent qu’être meilleures… Et comme très souvent, le travail du rémouleur est une curiosité pour les enfants.
Photo © AP et BBC.Mundo.com. Pour la voir en plus grand format, aller sur le site BBC.Mundo.com.

Le cyclo-repasseur de Buenos Aires

29 août 2008

Sur les trottoirs de Buenos Aires on rencontre des chanteurs ou musiciens de tango qui font la manche pour arrondir les fins de mois, voire les fins de vie pour certains. Et voila que ces mêmes trottoirs accueillent aussi des rémouleurs.
Celui-ci est au travail sur une avenue de la capitale. Saluons au passage la belle lumière, un contre jour, et le cadrage de cette photo (2006) de Giuseppe découverte sur le net.
On distingue parfaitement le mécanisme utilisé pour faire tourner les meules. Celles-ci sont sur un berceau en fer rond (donc léger) fixé sur le cadre du cycle. La roue arrière de la bicyclette est surélevée par un chevalet léger, lui aussi en fer rond, qui stabilise l’ensemble et permet de pédaler dans le vide. Sur cette roue arrière est fixée une poulie qui est, semble-t-il, une jante de moindre diamètre. Elle est reliée par une courroie à une poulie de petit diamètre fixée sur l’axe des meules. En pédalant à une vitesse raisonnable, le rémouleur fait tourner ses meules à une grande vitesse compte tenu de la démultiplication.

Sur la photo en grand format on constate que la courroie est croisée, faisant tourner les meules dans le sens inverse de celui de la roue arrière. Une petite sacoche devant le guidon lui permet de transporter un outillage minimum et même de poser sa veste. Globalement, l’équipement de ce rémouleur est minimaliste, cela lui permet une bonne autonomie avec un minimum de fatigue.
Un peu partout dans le monde, les rémouleurs ont adopté la bicyclette, elle leur permet d’élargir leur zone de travail. C’est à n’en pas douter une conséquence de l’expansion géographique des villes et du redéploiement de l’habitat vers les périphéries.
Sur le même sujet voir nos articles des 24 mars et 17 juin 2008.
Photo © Giuseppe 2006. Cliquer dessus pour l’agrandir.
Conseil : aller sur la galerie de
Giuseppe pour consulter cette photo en très grand format : superbe !

 

Aujourd’hui en Italie

17 juin 2008

Un site italien nous propose cette intéressante photo d’un rémouleur d’aujourd’hui.
Après avoir stabilisé sa bicyclette, l’homme reste en position cycliste pour aiguiser. Le pignon de la roue arrière est désactivé, on voit la chaîne qui pend. Dans la position travail, le pédalier entraîne une deuxième chaîne ; celle-ci commande un pignon sur l’axe duquel se trouve une roue de grand diamètre. Cette dernière transmet, par une troisième chaîne, le mouvement à l’axe de la meule et lui donne de la vitesse. Ainsi le rémouleur est autonome : pas besoin d’électricité, secteur ou batterie. La meule est protégée, la réserve d’eau est bien présente. Le coffre sur le porte-bagage avant permet de ranger les outils, les accessoires et probablement la meule pendant les déplacements.
Le cadrage est classique mais le rémouleur, presque en silhouette, se détache bien sur la scène du fond. C’est peut-être un marché ou une fête. Belle photo !
Photo © Roberto ROMANO. Pour visiter sa galerie : Galleria/Romano.

arrotino, remouleur, scherenscleifer

Les rémouleurs : histoire et actualité

24 mars 2008

Voici le premier billet de ce blog des Rémouleurs. Il s’inscrit résolument dans l’actualité, en effet cette photo a été prise à Mexico le 6 mars 2008. Les petits métiers sont encore pré-sents au Mexique et en particulier les rémouleurs. La plupart ont équipé une bicyclette pour exercer leur profession, ce qui leur permet de se déplacer aisément. À l’arrêt, des stabilisateurs donnent une bonne assise à l’ensemble. Une batterie alimente le moteur électrique du touret à meuler, un bidon en plastique contient le liquide pour la lubrification. L’équipement a évolué mais le principe du métier reste le même : aller à proximité de la clientèle et repasser couteaux, ciseaux et autres outils tranchants.

Ceci est donc le premier billet d’une série que nous espérons longue et riche… À vos commentaires !

– Cliquer sur la photo pour l’agrandir – Photo © Juliane Amblès-2008