Posts Tagged ‘Atget’

Le rémouleur par Armand Bouxin

4 septembre 2015

Au fil des siècles, dans tous les pays, les rémouleurs ont très souvent fasciné les artistes : dessinateurs, peintres, graveurs, sculpteurs. Ce blog en a régulièrement présenté, plutôt des moins connus, voire des inconnus. Aujourd’hui, Philogène a choisi de faire découvrir à ses lecteurs un artiste français peu connu.
Armand Bouxin est né à Reims (ville dont une rue porte son nom) en 1880. Il fut pupille de Félix Régamey à l’École des Arts Décoratifs de Paris. Il exposa régulièrement au salon des Artistes français dont il était membre. Ses travaux se partagèrent entre peinture et lithographie, d’où sa qualité de membre de l’Association Française des Artistes Lithographes. Il disparut en 1972 à l’âge de 92 ans.

Armand-Bouxin-Le-Remouleur-1917

Son rémouleur, gravé en 1917, fait penser aux photos de Eugène Atget, cela parce que le banc de l’un et de l’autre sont quasiment de la même époque. C’est un banc lourd avec une énorme meule, dont le déplacement était assuré par de grandes roues. L’attitude du rémouleur est assez bien vue, son environnement est neutre, on ne peut que regarder l’homme et la machine.
– Tirée à 250 exemplaires, la litho mesure 22 x 17cm à la cuvette.
– Elle porte le N° 236/250.
– Voir sur ce blog un rémouleur par Eugène Atget (lien direct).

Publicités

Le rémouleur par Atget

15 janvier 2009

remouleur-atget

« On se souviendra de lui comme d’un historien de l’urbanisme, d’un véritable romantique, d’un amoureux de Paris, d’un Balzac de la chambre noire, dont l’œuvre nous permet de tisser une vaste tapisserie de la civilisation française. »
Ce sont les premières lignes d’un ouvrage consacré à Eugène Atget que les Éditions Taschen ont publié en 2008 à l’occasion de leur vingt-cinquième anniversaire. Un livre grand format, rempli de photos et vendu moins de dix euros !
Cette photo figure, seule, à la page 41 dans le chapitre consacré aux petits métiers. Il est vrai que ce cliché est banalisé par Internet et souvent mal reproduit. Mais imprimé sur le beau papier du livre on y retrouve ses qualités notamment les dégradés de gris que nous avons déja évoqués par ailleurs (Cf La solitude du rémouleur). L’attitude du rémouleur nous renvoie à la photo du Docteur Mayer. L’œuvre d’Atget est parfaitement exposée, bénéficiant d’une belle lumière et la présence de ce probable client qui regarde l’appareil (et de l’homme plus loin derrière) donne une vie intense à cette photo (environ 1898-1899).
Paris-Eugène Atget (1857-1927), relié, de A. Krase sous la direction de H-C. Adam – Édition trilingue (Français-Anglais-Allemand) – Taschen 2008.