Posts Tagged ‘pédales’

Les rémouleurs, ce blog : six ans déjà…

24 mars 2014

Il y a six ans jour pour jour, le 24 mars 2008, paraissait le premier article de ce blog.
Le démarrage fut un peu laborieux. Pourtant, un jour de l’été de la même année enregistrait le record de visites : 203. Cependant la moyenne quotidienne restait très basse. Doucement, après quelques années, elle s’est établie à une soixantaine de pages vues. Aujourd’hui, on est autour de 70 avec des pics jusqu’à 120. Ah ! On est loin de certains blogs généralistes, ou d’autres sur des thèmes populaires, qui attirent plusieurs dizaines de milliers de visiteurs aux premières heures de l’aube… certes.
Avec ce blog les rémouleurs, ce qui fait la différence, c’est l’audience internationale. Oui, car s’ils ne sont pas nombreux chaque jour, les visiteurs viennent de plus de 116 pays du monde entier !  Et cela est extraordinaire. Bien sûr, ce sont les francophones les plus assidus mais avec les possibilités de traduction qu’offre aujourd’hui Internet, un visiteur d’une petite île de l’Asie du sud-est peut lire nos articles. Enfin, contrairement aux sites généralistes et dans le vent il y a très peu de sites focalisés sur les rémouleurs dans le monde. Internet permet une véritable mondialisation des connaissances.

2014 03 23 6 ans blog Joyeux lurons italiens

Philogène Gagne-Petit est très touché de cette audience et s’en réjouit. En ce jour anniversaire, il offre à ses lecteurs la photo d’une statuette d’origine italienne en cire colorée qui figure en bonne place dans son bureau. Avec ses rémouleurs sympathiques, ce banc de rémoulage est sans doute né de l’imagination de l’artiste qui a conçu cette statuette, bien que… On sait les rémouleurs débrouillards et imaginatifs, ce blog les honore régulièrement.
Alors Philogène, on repart pour six ans ?
– Sur la plaque dorée en partie basse est inscrit « Jessica collection »
– La statuette mesure 24cm de long, 22cm de haut et 15cm de large.
– Acquisition en Italie il y a quelques années mais d’origine inconnue.
– Pour voir le premier article paru : un rémouleur mexicain, cliquer 
ICI.

Publicités

2012, un calendrier pour les vœux de Philogène !

1 janvier 2012

Philogène Gagne-Petit remercie les lecteurs de ce blog, il leur présente ses meilleurs vœux et leur souhaite une très bonne année 2012 !

Calendrier complet du facteur 2008

Le calendrier est récent mais la photo date de 1945, année de l’armistice qui mit fin à la deuxième guerre mondiale. La joie, exprimée ici par les enfants, était grande mais les temps étaient difficiles pour les plus modestes dans une France exsangue.
Le banc de ce rémouleur est léger de par sa structure mais sophistiqué par ailleurs. La roue d’énergie est actionnée par deux pédales, cela donne une plus grande régularité à sa rotation. Pour l’homme, c’est aussi un effort moindre puisqu’il est réparti en alternance sur chaque pied. Deux meules de diamètres différents sont fixées sur l’axe, probablement de grains distincts. Noter que le rémouleur travaille assis, position obligatoire lorsque le banc est à deux pédales. Les brancards pour le déplacement du banc sont les supports du siège qui n’est sans doute q’une simple planche. Les flancs aux formes supérieures découpées en arrondi sont peut-être de récupération. Enfin les roues de déplacement semblent être à bandage plein.
Dans l’immédiat après-guerre, ce banc était précieux car le travail ne manquait pas et il y avait tant à faire !

Calendrier du facteur 2008

Sous le soleil de Puerto Escondido

7 octobre 2011

Puerto Escondido, ancien village de pêcheurs sur la côte Pacifique, au sud du Mexique, est aujourd’hui une ville portuaire de l’État d’Oaxaca. Fondée en 1928 pour le commerce du café, elle est devenue un attrait pour le tourisme et le surf. Peuplée de 20.000 habitants, son nom signifie Port caché en espagnol. C’est là qu’a été prise cette belle photo par Céline Ertem en octobre 2008.

Puerto Escondido

C’est la plage de cette station que regarde cet afilador. Il rêve peut-être d’aller s’y baigner et de s’y allonger un jour… Pourquoi pas ?
Et justement, ce qui est intéressant dans cette photo, c’est qu’il n’est pas en position de travail. Son banc de rémouleur est en déplacement donc basculé à 90° vers l’avant. La roue d’énergie est alors utilisée en roulement pour changer de place. On voit bien la meule dont la rotation, en position de travail, est obtenue par friction sur la roue d’énergie, il n’y a donc pas de courroie. On remarque aussi la selle sur laquelle notre afilador s’assoit pour pédaler et ainsi actionner la roue d’énergie. Enfin, le guidon qu’il tient dans les mains pour faire avancer l’ensemble devient l’un des pieds du banc lorsqu’il est en position de travail. Les accessoires et outils sont dans une musette que l’homme porte sur le dos.
– Photo © Céline Ertem à voir en grand format sur Picasa ICI (lien direct). Merci à elle.

Amolador au Brésil

25 septembre 2009

C’est en 2008 que Gustavo Peres, alias Hannap, a pris cette intéressante photo d’un amolador en plein travail dans une rue de São Paulo au Brésil.
C’est un bel exemple d’outil de travail réalisé avec des éléments de récupération. Un cadre de bicyclette est à l’origine du banc de ce rémouleur. C’est une pratique courante dans le monde entier, on a déjà pu le voir sur ce blog ici (en Tanzanie) ou (aux Philippines).
Amolador-Sao-PauloGrâce à une transmission par chaîne (de vélo), le pédalage fait tourner une roue à rayons. Cette roue est, semble-t-il, une roue de vélo d’enfant car son diamètre est faible. Elle transmet sa rotation au groupe de deux meules (de granulations différentes) par une courroie d’apparence trapézoïdale en caoutchouc (ou en matière synthétique).
On peut supposer que le rémouleur est assis sur une selle, autre pièce d’une bicyclette. En dessous sont fixées, par des colliers, une pince universelle et un petit flacon cylindrique en plastique.
La roue gonflable dont on aperçoit la valve est récupérée d’une petite moto ou d’un scooter. Elle est utilisée pour les déplacements : l’amolador bascule alors l’ensemble du banc et le pousse.
Remarquons que l’assise de l’ensemble est modeste, notre homme ne doit pas trop se pencher d’un côté ou de l’autre… Pas de risque, il est très concentré sur son travail !
Photo © Hannap-Gustavo Peres.
– Pour mieux discerner les détails de ce banc, aller sur la galerie photo de Hannap et ouvrir la photo en grand format.

En Tanzanie : la simplicité

12 novembre 2008

Richesse du net ! Voici une belle photo prise par Karel Kieckens en 2004 dans la ville de Songea. Cette cité de 140.000 habitants se trouve dans le sud du pays. Au début du XXe siècle elle fût un centre de résistance pendant la Rébellion Maji Maji dans l‘Afrique de l’Est Allemande. Cf Wikipedia en anglais.

remouleur-tanzanie1

Le métier de ce rémouleur est particulièrement intéressant. Il est très simple, fait avec les moyens du bord : éléments de bicyclette (roue avec pignon, pédalier, chaîne), morceaux de ferraille soudés tant bien que mal… Il est apparemment pratique. Remarquer le petit diamètre de la meule (économique mais vite usée) et la fixation de son axe entre deux bras métalliques. Avec ce métier, on retrouve le côté « débrouillard » des africains dans les pays à faible revenu. Il faut de l’imagination pour (sur)vivre !
Photo © Karel Kieckens. La voir en grand format ainsi que sa belle galerie sur pixagogo.nl