Posts Tagged ‘banc minimum’

Akrigisto au Népal

21 novembre 2014

Ce jour, Philogène emprunte une superbe photo de 2012 qu’il vient de découvrir sur un blog bilingue : Esperanto-Français. D’où le titre de cet article, le terme akrigisto étant la traduction de rémouleur en Esperanto.

Népal Rémouleur

Selon la légende de la photo, ce rémouleur affûte un couteau népalais. Ce qui est intéressant, c’est la conception de son banc pour lequel on distingue deux parties :
1 — la mécanique, essentiellement métallique,
2 — le bâti et le siège, en bois.
— La mécanique utilise le principe de la bicyclette : pédalier, chaîne, roue dentée. La roue d’énergie est au plus simple : une croix en fer plat qui maintient le cercle de la poulie. La courroie est fine, elle fait tourner l’axe de la meule monté, comme l’axe de la grande roue, sur roulements à billes. Et la meule est d’un assez bon diamètre.
— Le siège est en bois avec deux montants, un devant, un autre derrière, reliés par un croisillon. L’assise doit être simple, probablement plate. La mécanique est fixée sur le montant avant.
Ce qui est étonnant sur ce banc, c’est l’association de deux parties, l’une technique (on n’ose pas dire sophistiquée), l’autre très rustique.
À priori l’ensemble est assez facilement transportable.
Merci à Luc Gouverneur l’auteur de cette belle photo pour laquelle, outre son aspect documentaire, nous n’oublions pas son caractère social. Elle reflète aussi, comme  souvent, la solitude du rémouleur et cela dans tous les pays du monde.
– Photo © Luc Gouverneur.
– Il faut voir la photo en grand format sur son blog, c’est ICI.

Laos 2009 : outillage minimum !

9 avril 2011

Pont-on affûter les lames avec moins : une pierre abrasive, une brique et une cuvette ? Peu probable.
L’outillage des rémouleurs asiatiques est souvent restreint mais celui-ci bat tous les records. Ici, le haut trottoir remplace le petit banc en bois traditionnel. Malgré ces conditions minimales, ce rémouleur a du travail et c’est tant mieux pour lui.
Le cas de ce rémouleur laotien est un bel exemple de ce que sont souvent aujourd’hui ou ce que furent autrefois les rémouleurs. Dans le passé, sans travail, on s’installait rémouleur avec rien ou presque pour gagner quelques sous et essayer de vivre avec très peu ! Et quand on habitait dans un village, il fallait prendre la route pour aller dans les villes et y rester plusieurs mois.
Au Laos, le passé est encore présent, avec le sourire… Ah, Paris !

– Photo © youngman242 prise en avril 2009 avec un Nikon D700.
– Pour voir sa belle galerie sur Flickr, cliquer ICI (lien direct).
– Pour voir d’autres rémouleurs asiatiques sur notre blog, cliquer (lien direct)