Posts Tagged ‘enseigne’

La belle enseigne d’une coutellerie à Millau

22 mai 2015

Fidèle lectrice de notre blog, Juam de son pseudo, vient de nous transmettre la photo d’une belle enseigne que Philogène ne connaissait pas (mais il ne connait pas tout…).
Comme autrefois, cette enseigne signale une coutellerie dans la vieille ville de Millau, en Aveyron.
Il s’agit de la coutellerie Mercier dont le site nous conte l’histoire en ces termes :
« Il était une fois en Aveyron un artisan, Ferdinand Mercier, qui en 1880 décida de fabriquer des laguioles à Millau, capitale de la ganterie.
Ainsi naquit la maison Mercier, seule fabrication de la ville.
C’est au fil des ans, des générations et des inventions (couteaux à revirer le Roquefort, laguiole de cavalier)…) que l’enseigne gagna ses titres de noblesse.
Aujourd’hui encore, le savoir-faire se perpétue dans le plus grand respect de la tradition ».

Enseigne F Mercier à Millau

On ne sait pas si l’enseigne est ancienne mais elle est bien dans la tradition : fer forgé et tôle d’acier. Tout y est pour évoquer le métier : la meule bien sûr, la lame, le bâti et ses pieds, la pédale, la bielle, l’excentrique, le réservoir d’eau et… le rémouleur. Comme souvent autrefois, son habit est soigné de la tête aux pieds. Outre les couleurs, on remarque la trompette avec laquelle il annonçait son arrivée. Peut-être que dans cette région elle remplaçait la cloche. Pourquoi pas ?
Enfin, le nom du fondateur s’inscrit en dessous.
Le tout est éclairé la nuit par deux spots, un de chaque côté. On voit sur la photo l’arrière de celui de gauche.
L’enseigne charme le regard grâce à sa composition et à ses couleurs, c’est un beau travail et l’artisan qui l’a conçue, ancien ou contemporain, mérite nos compliments.
Philogène est heureux d’avoir découvert cette œuvre d’art populaire !
– Photo © Juam – 2015.
– Le site de la coutellerie F. Mercier : Coutellerie Mercier  (lien direct).

Publicités

L’enseigne

5 avril 2011

Le visuel est important aujourd’hui, certes, mais il l’était peut-être davantage autrefois dans une société sans électricité donc sans lumières ni enseignes lumineuses…
L’artisan qui avait pignon sur rue devait signaler son échoppe au passant avec une enseigne. Comme beaucoup de gens du peuple étaient illettrés, l’enseigne devait être signifiante autrement que par du texte. Les auteurs des enseignes étaient souvent des artisans-artistes qui rivalisaient d’invention. C’est ainsi que les rues des villes étaient pavoisées de petits trésors, suspendus en hauteur perpendiculairement aux façades, dont notre patrimoine conserve encore quelques exemplaires.

Enseigne Paris XVIe siècle

Nous possédons peu de précisions sur cette enseigne parisienne d’un rémouleur sinon qu’elle date du XVIe siècle. Elle est reproduite sur une carte postale ancienne et aucune indication n’est donnée quant à sa taille, sa matière, son poids, son auteur…
Contentons-nous de l’admirer dans ses agréables proportions et dans la représentation assez réaliste du rémouleur dont le banc est de type brouette. Enfin, ce rémouleur n’est pas seul, à défaut de chien un volatile est perché dans l’arbre juste au dessus de la tête de l’homme…
– Pour voir d’autres enseignes sur ce blog, cliquer ICI.

Bruxelles : la belle enseigne

11 mars 2010

En voyage à Bruxelles récemment, nous avons découvert une élégante boutique qui a pignon sur rue ou plutôt sur galerie. À deux pas de la Grand’Place, la coutellerie TILQUIN est située dans la Galerie de la Reine, 9. Et ô surprise, l’enseigne de cette vaste échoppe est un rémouleur. Si le matériel proposé, couteaux et outils tranchants contemporains, est de belle facture, l’enseigne renvoie à un rémouleur traditionnel, symbole du travail bien fait. On peut en déduire que cette coutellerie de luxe qui assure également aiguisage, réargenture et réparations délivre un travail de grande qualité. Le rémouleur de l’enseigne en est le garant !

Cliquer sur l’image pour découvrir les vitrines de la coutellerie Tilquin de Bruxelles.

Everyday good work

2 septembre 2008

Copie d’une enseigne en bois et en relief, de style anglais, acquise il y a une quinzaine d’années.
La représentation du rémouleur est assez bonne, même si celui-ci pédale du pied gauche, ce qui est rare dans la réalité mais courant sur les gravures ou lithographies, procédés d’impression qui inversent le dessin de l’artiste.
En admettant que l’original de cette enseigne ait vraiment existé, on ignore si le rémouleur tenait boutique ou s’il était itinérant, voire les deux… Une chose est sûre, la renommée de la profession est évoquée par ces trois mots : Everyday Good work.
Dimensions : 53 x 78 cm. 

Enseigne ou girouette ?

15 août 2008

Glanée sur Internet, cette photo est dans notre collection depuis 2002. Nous n’avons aucune précision sur cette belle silhouette de rémouleur en fer forgé. Serait-ce une enseigne ? Ou plus simplement l’œuvre d’un artisan qui l’aurait réalisée pour le plaisir ? Mais ce n’est vraisemblablement pas une girouette, on ne voit pas comment elle pourrait tourner avec le vent.
Nous faisons donc appel aux lecteurs de ce blog. Si l’un(e) d’entre vous a une idée de l’origine de cette silhouette, du lieu où elle se trouve et surtout de l’artiste qui l’a réalisée, merci de nous le signaler par un courriel (adresse dans la colonne de droite, en bas). La réponse la plus précise rapportera à son auteur un cadeau : une belle gravure, format A4, tirée à part d’une illustration du livre AU PAYS DES ÉMOULEURS représentant (bien sûr) un rémouleur. Frais d’envoi inclus. Alors chers lecteurs et lectrices, à vos commentaires ! D’avance, merci.

Photo © X – Crédit réservé.