Rémouleur chinois au XIXe siècle

S’il est un ouvrage précieux dans l’histoire de la coutellerie, c’est celui de Camille Pagé publié en 1900 à Chatellerault et intitulé : LA  COUTELLERIE depuis l’origine jusqu’à nos jours. Ce sont six tomes grand format et des milliers de pages. Jeanne LAFFITE l’a réimprimé en 1994 mais cette édition reprint est épuisée et elle est devenue presque aussi rare que l’originale sans toutefois en avoir la valeur. C’est une véritable  » bible  » de la coutellerie mondiale : outre l’histoire du couteau depuis l’âge de la pierre, au fil des tomes Camille Pagé emmène son lecteur dans les différents continents et y présente pour de nombreux pays une situation de la coutellerie à la fin du XIXème siècle. S’il s’intéresse essentiellement à la fabrication des couteaux, l’auteur n’oublie pas pour autant les rémouleurs, ces intermédiaires indispensables pour l’entretien et le rafraîchissement des lames. Le tome V fait le tour de la coutellerie étrangère (sauf l’Europe) avec entre autres l’Asie et bien entendu la Chine. À l’heure des Jeux Olympiques 2008, on mesure l’évolution de la Chine en un peu plus d’un siècle.

remouleur-knife grinder-arrotino-afilador

Légende de la gravure : Rémouleur chinois, d’après une photographie communiquée par M. le Consul de France à Canton. Page 1128 ter, tome V

Publicités

Étiquettes : , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s