L’afilador de Buenos Aires

Philogène Gagne-Petit aime l’Amérique du Sud en ce moment… D’ailleurs, il y est allé il y a 25 ans de cela et à défaut de rémouleur il rencontra dans les rues de Buenos Aires des musiciens qui faisaient la manche… Des musiciens assez âgés, joueurs de tangos, obligés de s’installer sur le macadam, faute de travail…
S’il y avait souvent du public autour de ces musiciens en 1989, ce n’était pas le cas pour ce rémouleur des années vingt dans une rue de la capitale.
Son banc est assez classique, de type chevalet. La grande roue sert aussi de roue de déplacement lorsque l’homme bascule l’ensemble de 90° vers l’avant. En position de travail, comme sur la photo, l’axe de la meule est entraîné par une poulie concentrique à la roue d’énergie. On voit assez bien la courroie de transmission. La meule est d’un bon diamètre. La réserve d’eau est là. Et le rémouleur sourit au photographe. Salut l’ami !

Rémouleur en Argentine
– Détail d’une carte postale (tarjeta postal) éditée à Buenos Aires

Publicités

Étiquettes : ,

Une Réponse to “L’afilador de Buenos Aires”

  1. Juam Says:

    Et les lecteurs de Philogène aiment beaucoup l’Amérique du Sud également en ce moment!
    Bisous

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s