Festival de roues : de scharensliep, Pays-Bas.

Depuis que la photo existe, c’est-à-dire 1839 officiellement, il y a toujours eu de bons photographes, des gens qui savent saisir l’instant décisif (*). Comme celui qui, aux Pays-Bas au début du XXe siècle, a fixé sur une plaque photographique cette rencontre entre une nourrice et un rémouleur. Quelle élégance et quelle légèreté pour ce landau à côté du banc énorme, robuste, lourd, du repasseur. Et cette grande roue d’énergie qui en impose ! Au milieu, presque fragile, il y’a l’enfant que le rémouleur a fait monter sur son métier, c’est sur lui que sont dirigés les regards, y compris semble-t-il, celui du nourrisson qui est dans le landau. Une belle scène de rencontre, de vie, de relations humaines.
Non, le rémouleur n’était pas toujours un coureur de jupons. De par son métier, c’était un homme de rencontres, c’est cela qui lui valait l’estime de la population.

Pays Bas Remouleur Vers 1920

(*) – Référence à Henri Cartier Bresson dont l’œuvre photographique fait l’objet d’une rétrospective au Centre Pompidou à Paris jusqu’au 9 juin 2014.
– Scharensliep : rémouleur en néerlandais.

Publicités

Étiquettes : , ,

Une Réponse to “Festival de roues : de scharensliep, Pays-Bas.”

  1. Lepoutre Says:

    Je suis impressionné par le nombre de roue, mais aussi par le poids du banc

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s