Savoyards par monts et par vaux

Quand il fallait partir travailler ailleurs…
C’est le thème d’une passionnante exposition présentée tout l’été (jusqu’au 19 septembre 2010) à Combloux en Haute-Savoie.
Au cours des siècles passés, la Savoie comme beaucoup de régions de montagne, a été une terre d’émigration.
La longueur des hivers, la forte densité de la population, la misère, les épidémies ont engendré dans ces régions et au fil des siècles des phénomènes de remues de population. Les Savoyards des villages de montagne ont dû quitter leur pays pour gagner leur vie ailleurs.
Cette émigration de masse commence au XIVe siècle avec la grande peste et se termine à la veille de la deuxième guerre mondiale



Gagne-deniers, portefaix, ramoneurs, peigneurs de chanvre,
rémouleurs La pauvreté a contraint certains à accepter des tâches pénibles et mal payées.
À côté de cette émigration de misère s’est développée une importante émigration marchande : artisans ambulants, chaudronniers, magnins ou ferblantiers qui vendent et entretiennent les ustensiles et les outils. Puis viennent les colporteurs merciers qui portent leur “balle” sur les chemins. Certains auront des réussites exceptionnelles, formant ainsi une aristocratie marchande très riche.

Deux grandes parties sont proposées dans cette exposition :
♦ L’une consacrée à l’émigration des XVIIe et XVIIIe siècles et plus particulièrement aux colporteurs,
♦ L’autre à l’émigration du XIXe, en particulier aux commissionnaires de l’Hôtel des Ventes Drouot à Paris, les cols rouges.
Textes, gravures, documents divers, photos, objets sont complétés par deux vidéos :
♦ Un court extrait du très beau film LA TRACE, avec Richard Berry en colporteur, film réédité en DVD à l’occasion du cent cinquantième anniversaire du rattachement de la Savoie à la France (1860-2010),
♦ Un montage de souvenirs recueillis chez les anciens commissionnaires de l’Hôtel des Ventes Drouot à Paris, tous savoyards !
Bref, un contenu d’une grande richesse, agréablement présenté dans un cadre exceptionnel : le Musée de la Pente, une ancienne ferme savoyarde typique, la ferme à Isidore, monument historique situé en plein centre de Combloux. Un catalogue est disponible, la documentation est abondante, l’accueil est chaleureux. À voir absolument !
Illustration : petit bronze de Charles-Louis Menn (1822-1894) en vente sur Artquid.com
– Cliquer sur l’image pour voir l’affiche de l’exposition.
– Tous renseignements : http://museedelapente.free.fr (lien direct).

Publicités

Étiquettes : , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s