Meknès, un parfum d’enfance

Fidèle lecteur de ce blog, Alex Gulphe nous présente aujourd’hui, après Fès en février (Cf  Fès : la rue des rémouleurs), une nouvelle contribution relative au Maroc. Qu’il soit remercié pour ces textes reflétant son attachement à ce pays et à ses habitants.

meknes2-agulphe

Photo : Rémouleur réalisant les dents d’une scie avec un burin.
Maroc, Meknès, la Médina 2005-09-03 15:12:13 ©Alex Gulphe 2005
Cliquer sur la photo pour afficher un gros plan du rémouleur. 

Meknès1 a le parfum de mon enfance. Elle a l’odeur de l’épicerie familiale, celle de la réglisse, de la cannelle et du clou de girofle vendus au détail, des légumes secs et des pâtes dorées se répandant sur le sol autour de leurs grands sacs de toile et d’un « je ne sais quoi » de désuet s’échappant des étagères et des casiers de bois marqués au fer par des générations de conserves empilées. 

Meknès, le samedi 3 septembre 2005, au début de l’après-midi.

Depuis la place el-Hedime, je me laisse glisser le long de la médina endormie en direction de Bab2 Berrima, pressé car trop heureux d’échapper à mon guide qui depuis le matin, me trimballe d’ateliers d’artisanat en magasins de tapis. La rue légèrement inclinée que je dévale est large, claire, déserte. Seule, une boutique est ouverte. Curieux et convaincu d’avoir à y trouver quelque chose qui m’appartient, je traverse les rangées de fruits et de légumes qui composent sa devanture de part et d’autre de l’entrée et pénètre dans l’unique pièce du magasin, sombre et profonde. Les murs sont recouverts de rayonnages étroits jusqu’au plafond qui ajoutent à l’impression de hauteur exagérée et où s’entasse sur un rang, bouteilles d’eau, canettes de limonade, sachets d’apéritifs, boîtes de nourriture, détergents et shampooings. Au centre, le parterre est rempli de ce qui n’a pu être empilé dans un esthétique désordre de cartons et de cagettes faisant office de présentoir à tout ce que le Maroc possède d’olives et d’épices exotiques. Au fond, derrière ce qui semble être un comptoir, un homme attend, assis.

Passés les interminables murs qui protègent du regard les jardins et les palais, passés le mausolée Moulay Ismaïl, les vestiges des greniers et des écuries royales, le bassin de l’Agdal et la lourde Bab Mansour, la ville laisse un sentiment de profonde torpeur, presque d’ennui. Le temps n’a pas prise ici. Quoiqu’en disent vos guides touristiques en la comparant à une Versailles marocaine, quelques que soient les chiffres sur la jeunesse de sa population et le dynamisme de ses activités, Meknès n’a pas l’Impérial et la vivacité de la turbulente Fès, son aînée. Son charme est moins certain, plus discret, plus provincial, agricole.

Posée sur un large tertre descendant en pente douce et ceinturé de remparts, la médina3 respecte l’organisation des villes anciennes qui placent les activités réputées sales et polluantes à leurs périphéries, à l’abri des vents dominants.
Entre ferrailleur et maréchal-ferrant, l’échoppe est l’une des plus maigre de la rue, large comme l’ouverture de son pas-de-porte, elle ouvre sur un atelier exigu et sans lumière. À l’entrée, installé au jour et à même le sol, un homme sans âge plié sur son labeur s’applique à « denteler » la lame d’une étrange scie. L’artisan est pieds nus. Il a laissé ses savates pour mieux tenir le fer qui repose sur un os, rudimentaire enclume qui amortit les coups de marteau sur le ciseau créant des encoches sans découper le métal.

Faisant mine d’être intéressé par un achat, je fais un pas encore et m’avance dans la boutique. L’impression est forte. Un court instant, je ferme les yeux et respire ce souvenir vivant en un autre lieu, un autre temps. À l’homme assis, je demande la permission de rester un peu. Il me sourit.

Alex Gulphe, le 20 février 2009

  1. À propos de Meknès sur Wikipédia
  2. Bab, mot arabe, porte
  3. Médina, la vieille ville par opposition à la ville moderne

Publicités

Étiquettes : , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s